Caravane de l’installation : uneaide à l’installation des avocats

Publié dans l'édition Nord N. 8382 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

C’est une initiative du syndicat de la FNUJA (Fédération nationale des unions des jeunes avocats) et de l’UJA de Lille (Union des jeunes avocats). A l’instar de la Caravane des entrepreneurs, organisée par un ancien expertcomptable et dédié aux créateurs d’entreprise, cette caravane est complètement tournée vers les avocats. Car ce n’est pas simple de s’associer, de racheter des parts dans un cabinet déjà existant ou tout simplement de céder sa clientèle. C’est pourquoi une centaine d’avocats de tous horizons ont assisté aux conférences, comme s’en est d’ailleurs étonnée Maria- Rosa Garcia, présidente de l’UJA de Lille : “Nous avons eu des avocats lillois mais aussi de Valenciennes, Douai et de tout âge : des collaborateurs, des jeunes qui viennent d’avoir le Capa, des anciens avec 35 ans de barreau qui souhaitent vendre, des avocats exerçant depuis 12 ans qui veulent s’associer avec des copains. On sent que la Caravane répond à des attentes car l’association est un vrai tournant dans la carrière d’un avocat.” Au programme, quatre conférences complémentaires à la Maison de l’avocat : comment élaborer un business plan, son plan de communication ; présentation de différentes formes juridiques d’association ; comment fonctionne une association avec les règles de répartition, les conventions, la gestion des litiges entre associés ; comment transmettre un cabinet avec valorisation et présentation de la clientèle.

Intervention des jeunes expertscomptables. Les différentes conférences étaient assurées par des avocats de la FNUJA spécialisés en fiscalité et aide à la création d’entreprise. Mais aussi par les jeunes experts-comptables, des techniciens de l’ANAAFA et des représentants de la banque HSBC. Une véritable journée d’interprofessionnalité, au profit finalement de la création d’entreprise. Pour Jean-François Déramaux, conseiller professionnel de l’agence HSBC de la rue Esquermoise à Lille, la clientèle des avocats demande pour un banquier une connaissance pointue de son activité : “Ce qui est compliqué pour les avocats, c’est la gestion de leur trésorerie. Il y a souvent un décalage entre le paiement des charges et l’encaissement des honoraires. Il y a donc un besoin de financement court terme permanent.” Et d’expliquer que les avocats manquent souvent de temps pour gérer leur patrimoine, anticiper leur retraite, améliorer leur prévoyance et la protection de leur famille. Ce qui nécessite une approche globale de la part du banquier.

Maîtriser une part de risque. Les participants ont en tout cas eu le sentiment d’accéder à un maximum d’informations, ce qui peut rassurer quand on prépare une installation, comme pour cette avocate, Florence Jouglet : “Ce n’est pas simple de préparer son projet de financement tout en faisant attention à son patrimoine privé. Il y a toujours une crainte de l’échec avec de fortes conséquences financières. S’installer suppose toujours une part d’inconnu qu’il faut essayer de maîtriser.” La Caravane va continuer son tour de France jusqu’en décembre, date à laquelle elle terminera son parcours à Paris. L’UJA Lille veut par la suite être un véritable relais pour ces avocats qui s’interrogent sur leur avenir, en partenariat avec la commission Jeune Barreau & Installation du barreau.