Apprentissage

L’alternance mise en avantpar la CCI Grand-Lille

Publié dans l'édition Nord N. 8384 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Lors de la dernière foire commerciale de Douai, la CCI Grand-Lille avait décidé d’informer sur l’apprentissage et plus largement sur les atouts de l’alternance. Pendant dix jours, des conseillers de la chambre consulaire ont exposé auprès des jeunes et des familles les atouts du dispositif de formation, dont son efficacité en matière de recrutement et d’accès à l’emploi. “En dépit de difficultés conjoncturelles évidentes, il faut plus que jamais préparer l’avenir économique et social de notre pays en aidant les jeunes à s’insérer dans le monde du travail”, a indiqué en introduction Jean-Luc Stievenard, viceprésident de la chambre consulaire. Si mettre l’accent sur la formation s’avère être une solution, l’apprentissage en est une autre qui garantit une insertion durable des jeunes dans l’emploi. “Aujourd’hui, nous travaillons d’arrachepied pour trouver des lieux de stage à nos jeunes.” Le service apprentissage de la CCI Grand-Lille est en effet continuellement mobilisé pour aider ceux-ci à trouver une entreprise d’accueil, mais aussi les entreprises à recruter des jeunes compétents et motivés. Actuellement, sur le périmètre d’intervention de la chambre consulaire, 260 apprentis sont au Siadep, 400 à Saint-Omer (formation CAP, bac pro et BTS) et 150 au Cepreco (métiers du commerce). Le président de l’UIMM a conclu en évoquant l’ouverture d’une Ecole de la deuxième chance (E2C) sur le territoire du Douaisis.

Reprise économique. Jean- Claude Stievenard a aussi prof ité de la présence de nombreux chefs d’entreprise pour aborder la situation économique. Alors que le contexte est plus que morose, “c’est vers l’investissement des entreprises que nous devons faire porter nos efforts. De même, il faut encourager, accompagner et aider les entreprises, les PME en particulier, qui seront les garantes de demain”. Malgré tout, des signes laissent entrevoir des perspectives plus réjouissantes : “Les dernières informations économiques confirment que, malgré un rythme trop lent, la reprise se poursuit depuis dans la zone euro.” Cependant, à l’échelle de la région, et plus particulièrement sur le Douaisis, la crise a été ressentie plus ou moins fortement selon le territoire et la nature des activités. “A la fin juin 2011, le taux de chômage est de l’ordre de 12,8% en région, 14,3% dans le Douaisis, contre 9,7% en France, malgré les efforts de tous ceux concernés par l’emploi”. Même si l’enquête de conjoncture menée auprès des entreprises, pour le second trimestre 2011, met en évidence un rebond de l’activité industrielle, la conjoncture est ainsi difficile pour le commerce de détail et la situation économique reste fragile, avec un nombre de défaillances élevé. “Si notre région a moins subi la crise dans un premier temps, elle peine aujourd’hui plus que d’autres à se redresser”, a conclu Jean-Claude Stievenard qui a rappelé que les chambres de commerce ont mis en place plusieurs outils pour aider les entreprises rencontrant des difficultés temporaires à faire face.