Le Nord-Pas-de-Calais, champion en tri des emballages

Publié dans l'édition Nord N. 8390 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Une performance dont Eco-emballages se garde de trop se réjouir. L’écoorganisme a rendu public, le 29 septembre dernier, son bilan 2010 du tri et recyclage des emballages en région. L’habitant du Nord-Pas-de-Calais confirme son écocitoyenneté : 60 kg d’emballages ménagers triés en moyenne, contre 47,5 kg/habitant à l’échelle de la France. Le geste du tri étant en amont de toute la chaîne du recyclage, “les Nordistes ont ainsi permis de recycler 241 260 tonnes d’emballages”, indique-t-on chez Eco-emballages.

Certes, le Nordiste trie plus que le Français moyen mais sa performance ne progresse plus depuis 2009. “Tous les habitants du Nord- Pas-de-Calais doivent continuer à se mobiliser”, martèle Eco-emballages qui, plus que jamais, met l’accent sur la sensibilisation. Car le taux de 64% d’emballages triés et recyclés en France est encore loin de l’objectif de 75% fixé par le Grenelle de l’environnement. Eco-emballages bat le rappel en particulier sur le matériau “verre”. “Les erreurs de tri du verre sont encore trop fréquentes, fait-on savoir à Eco-emballages. Beaucoup mélangent par exemple leurs bouteilles ou leurs bocaux en verre au reste des ordures ménagères.” Or, le verre est l’un des rares matériaux recyclables à 100% alors que perdu dans la nature, il peut mettre des milliers d’années pour se décomposer.

Une explication de la bonne performance de la région en termes de tri des emballages, c’est le caractère ancien de ce geste en Nord-Pas-de- Calais. “Les habitudes ont été prises depuis longtemps, indique Bastien Wibaux, responsable régional d’Eco-emballages. Les collectivités du Nord-Pas-de-Calais se sont lancées très tôt dans le tri. La première collectivité de France à faire le tri et la collecte, c’était Dunkerque en 1989.” Aujourd’hui, pour le tri et le recyclage des emballages, ce sont 59 collectivités qui coopèrent en région avec Eco-emballages, lequel reçoit des entreprises 0,6 centime d’euro par emballage. Depuis 1992, les entreprises sont contraintes soit de mettre en place des systèmes autonomes de récupération des emballages, soit de contribuer à un éco-organisme.