À Dunkerque, les Fabriques numériques

Des jeunes pousses dunkerquoisesdans le e-commerce

Publié dans l'édition Nord N. 8392 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Le territoire se consacre au numérique depuis quelques années. En témoigne, entre autres, la rénovation, il y a quelques années, d’un bâtiment portuaire devenu un hôtel des technologies dédié aux entreprises des TIC. La communauté urbaine de Dunkerque s’est lancée, quant à elle, dans la domotique ; 800 logements sont concernés par une réflexion qui doit apporter diverses solutions de confort via l’intégration des TIC dans l’habitat. Mais le numérique conduit aussi des Dunkerquois à se lancer dans le e-commerce. C’est le cas notamment d’Olivier Buffat, créateur il y a deux ans du site marchand easykado.fr. “Nous sommes une entreprise familiale issue d’une autre entreprise familiale”, explique-t-il. En effet, le grossiste en jouets Le Neutre exerce ses talents depuis 60 ans à Coudekerque- Village, près de Dunkerque, et easykado.fr est devenu sa vitrine numérique en 2009. Si la croissance est forte dans le domaine du e-commerce, Olivier Buffat met cependant un bémol : “Dans e-commerce, il y commerce. Il faut savoir suivre au niveau logistique. Avec Le Neutre, on a l’expérience de ces choses-là. Il y a un entrepôt avec des disponibilités à côté de chez nous.” Certes, l’activité de la société a doublé ces deux dernières années, mais les marges restent faibles quand il faut exister à côté de concurrents comme Cdiscount ou Amazon…

Attention à la chaîne logistique… Même son de cloche chez Frédéric Vanoorenberghe qui a créé sa société en 2008. Son site marchand – eyeslipsface.fr – est venu “mettre un coup de pied dans la fourmilière du maquillage en ligne” selon son gérant. Le maquillage à un euro reprend le modèle américain de celui à 1 dollar. “Nous avons une licence américaine sur une gamme de produits et l’exclusivité en France”, explique Frédéric Vanoorenberghe. Pour les approvisionnements, les conteneurs arrivent à Dunkerque et le flux s’accroît avec “70% de croissance annuelle depuis la création”.

Parties de peu, avec souvent peu de capital, ces TPE connaissent souvent des croissances vertigineuses. Et être reliées à des activités plus structurées comme le transport et la logistique leur garantit de pouvoir suivre la demande. Il faut aussi tenir bon avec une concurrence très forte avec le développement du e-commerce : “le client change de boutique en cliquant. Il n’a même pas à faire l’effort de traverser la rue”, rappelle Olivier Buffat.