Responsa bilité sociétale des entreprises

World Forum 2011 : rayonnementinternational et action régionale

Publié dans l'édition Nord N. 8400 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Le 15 novembre dernier, le World Forum s’est ouvert sur un clip d’une chanson kényane : “Trash is cash”. Traduction : “Les ordures valent quelque chose”. Autant dire que cela donnait le ton ! Devant le grand auditorium de la salle (comble) Vauban du Grand- Palais de Lille, les chanteurs du groupe T-S-1 témoignaient d’un parcours exceptionnel. “Notre groupe est constitué d’une cinquantaine de jeunes de Nairobi qui vivaient sur les décharges et qui, au lieu d’aller à l’école, récupéraient le plastique pour se faire de l’argent. La musique a été la clé pour s’en sortir. L’équipe de Philippe Vasseur nous a repérés sur Internet il y a un mois, et nous a invités.” Depuis 2006, ils tournent dans le monde entier pour défendre un autre monde économique. Philippe Vasseur leur dédiera ce World Forum.

Quand le triple P remplace le triple A. Organisé par le Réseau Alliances, le Forum a proposé comme thème cette année “Oser la richesse”. Un titre provocateur dans un contexte de crise, mais que justifie Philippe Vasseur, président du réseau : “Le profit et l’enrichissement sont légitimes, à l’inverse de la spéculation. Il faut oser la création de valeurs : économiques, mais aussi sociales, humaines, environnementales… Si nous ne sommes pas dans un monde égalitaire, essayons de faire un monde équitable. La crise de la dette est une crise de riches ! Car parallèlement, en permanence, un milliard d’êtres humains ne peuvent se nourrir convenablement. La crise financière est aussi la crise du développement durable, du fait que nous avons voulu répondre aux besoins d’une génération sans penser aux générations futures.” Et de proposer : “Pourquoi ne pas remplacer le triple A par le triple P : Profit, Population, Planète !” Entre le 15 et 17 novembre ont ainsi défilé des décideurs, des responsables d’entreprises, des représentants de syndicats ou d’associations de plus de 40 nationalités, pour parler RSE (Responsabilité sociétale des entreprises) et présenter des bonnes pratiques du monde entier dont pourront s’inspirer les 3 900 visiteurs nordistes. “Nous ne voulons pas d’homme politique ni de théoricien”, précise Philippe Vasseur. Certes, certains pourraient reprocher au Réseau Alliances d’inviter essentiellement des internationaux. Mais c’est justement pour ouvrir les régionaux à d’autres pratiques. Et montrer que la RSE n’est pas défendue que par une poignée d’hommes du Nord- Pas-de-Calais : elle s’inscrit aujourd’hui dans un vrai courant international, qui va du Brésil au Japon, du Canada à l’Afrique du Sud. Il est proposé de produire, faire du commerce, manager autrement, en respectant l’homme et l’environnement.

Sensibiliser nos PME à la RSE. Quelques exemples de conférences plénières : comment exercer la RSE au sein d’entreprises d’exploitation de pétroles, de diamant, d’alcool, de jeux… ; quels nouveaux indicateurs pour mesurer la performance globale de l’entreprise ; comment les syndicats peuvent-ils contribuer à développer la richesse de l’entreprise… Puis des entreprises ont présenté des bonnes pratiques de RSE. Soulignons les interventions de régionaux comme Oxylane, Pochecco ou CVP.
Ces trois jours ont été aussi l’occasion de sensibiliser les jeunes – lycéens, étudiants, Ecole de la seconde chance – à cette notion de RSE via différentes actions. Des jeux autour de la RSE ont été organisés entre chaque conférence mais aussi des concours vidéo. Surtout, le World Forum a donné des signes forts pour rapprocher nos PME régionales de cette notion de RSE : des formations à la RSE ont été proposées aux entreprises de la région, un premier baromètre régional sur la connaissance de la RSE par les entreprises a été réalisé en septembre 2011 et des partenariats ont également été signés entre Alliances, la CGPME et France initiative. Ce, “pour appuyer l’introduction de la RSE dans les PME. C’est important car, suite à notre premier baromètre, il n’y a que 50% des PME qui connaissent ce concept”, explique Philippe Vasseur.

Rio 2012. Entre chaque forum annuel, l’équipe d’Alliances en charge de l’organisation se déplace, va à la rencontre d’autres acteurs de RSE du monde entier. Il s’agit d’identifier de nouvelles pratiques de RSE et de développer un réseau international. Cela permet d’alimenter le think tank (groupe de réflexion composé de chefs d’entreprise, d’experts et d’universitaires basé à Lille) en sujets de recherche sur la RSE. Surtout, le World Forum a pour ambition d’être un acteur au prochain Sommet de la Terre, prévu à Rio en 2012. Il existe d’ailleurs un groupe de travail coprésidé par l’Institut Ethos du Brésil et le World Forum Lille, pour contribuer à ce sommet et émettre des propositions. Cette année, le nombre de signataires du Manifeste de l’entreprise responsable a doublé, passant de 700 à 1 400 signatures. “A 10 000 signatures, nous enverrons le manifeste à l’ONU !” conclut Philippe Vasseur qui nous promet, pour 2012, la parution d’un livre sur la RSE en juin et un sixième World Forum du 15 au 17 novembre.