SOS entrepreneuren quête de financement

Publié dans l'édition Nord N. 8404 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Venir au secours des entreprises en dépôt de bilan en faisant passer de 5% à 10% celles qui pourraient bénéficier de plans de redressement. Une mission dont SOS entrepreneur a fait son cheval de bataille. Mais une mission qui nécessite du financement. Il faut à SOS entrepreneur 500 000 € pour développer un modèle d’accompagnement d’urgence dénommé “Save & Up”, reposant sur la confidentialité et destiné à faire rebondir l’entrepreneur qui se trouve dans la tourmente. L’objectif de la conférence du 1er décembre à l’Edhec n’avait qu’un objectif : exhorter les acteurs économiques à “abonder” le fonds de solidarité de 500 000 € créé en juillet dernier. La mission que s’est fixée SOS entrepreneur a beau être noble, originale et unanimement saluée dans les milieux économiques, peu mettent la main à la poche pour alimenter le fonds de solidarité du demi-million d’euros manquant. “Nous ne sommes qu’à 10% de cette somme”, fait savoir Bruno Delcampe, fondateur de SOS entrepreneur, lui-même chef d’entreprise ayant connu un dépôt de bilan. L’association a fait ses estimations : 1 € de don équivaudrait à 3 € de sauvegarde d’emploi. Et Bruno Delcampe de lancer solennellement : “Abonder le fonds de solidarité de 1 000 € ne coûte en réalité que 400 € au donateur en raison des déductions fiscales. Et ce don de 1 000 € permet de préserver 3 000 € d’emploi.”
A la conférence de l’Edhec autour du thème “Si demain je perdais tout”, les chiffres autour des défaillances d’entreprises ont été martelés : + 3% de dépôts de bilan en Nord-Pas-de-Calais l’an dernier, près de 3 000 unités de production représentant environ 12 000 emplois. “Toutes les 30 minutes, une entreprise fait faillite en région”, affirme souvent Bruno Delcampe. SOS entrepreneur a mis en place un système d’alerte sur le modèle des appels d’urgence : un numéro de téléphone – le 06 15 24 19 77 – au bout duquel l’entrepreneur en détresse trouve une oreille attentive. L’association affirme recevoir deux à trois appels de “haute détresse” par jour rien qu’en région, et quatre-vingts appels à travers toute la France.
SOS entrepreneur compte parmi ses soutiens des acteurs de taille. Jean-Pierre Nacry, président de Lille Place tertiaire, assure à l’association le soutien des clubs (banquiers, notaires, experts-comptables, etc.) que compte son organisation. Du soutien médiatique aussi avec GrandLille.TV.