Le premier employeur industriel du Cateau-Cambrésis

Sasa : un leader des supportsde cuisson

Publié dans l'édition Nord N. 8410 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

L’activité est discrète, peu connue du grand public, et l’entreprise passe presque inaperçue malgré ses vastes locaux, implantés sur 4 hectares, à la sortie du Cateau-Cambrésis, en direction de Le Pommereuil. Avec ses quelque 300 salariés, la Société d’application des silicones alimentaires est pourtant non seulement le premier employeur industriel de la commune mais se présente aussi, dans ses documents commerciaux, comme “leader mondial des supports de cuisson pour les professionnels de la boulangerie-pâtisserie”. Autre particularité du groupe à souligner : l’histoire de l’entreprise, commencée dans les années soixante-dix, s’est écrite dans le Cambrésis…

Métallurgie. L’activité de Sasa est tournée vers l’agroalimentaire mais relève pourtant bien de la métallurgie. “Les supports alvéolés de cuisson sont fabriqués chez nous, en interne, avec de l’Inox, de l’alu, des silicones et des polymères fluorés servant de revêtements anti-adhérents, ce qui est notre point fort”, explique notamment Sylvain Roussel, responsable marketing.
Le groupe fabrique aussi du matériel annexe : plateaux, plaques, cabines, chariots, machines à laver… Il propose également des prestations de services à ses clients (leasing, systèmes de lavage, retraitement…).
On peut avancer que le groupe nordiste occupe une niche située à la frontière de la métallurgie, de l’agroalimentaire et de la grande distribution.

Professionnels de la boulangerie. Les clients de Sasa industrie sont très nombreux et se répartissent en deux grandes catégories : celle qui englobe l’artisan boulanger, le “point chaud” et les boulangeries industrielles automatisées (plus de la moitié du chiffre d’affaires se ferait d’ailleurs avec les “gros” clients) et celle où figurent les rayons spécialisés des grandes et moyennes surfaces. Des chaînes de restauration rapide font également partie des destinataires des produits. Les particuliers ne sont cependant pas absents. Si les supports et moules rigides sont fabriqués au Cateau, des supports souples en silicone sont réalisés dans l’autre site de production, à Wavrin, dont certains articles, notamment sous la marque Flexipan, sont destinés à un usage familial et domestique.

Rayonnement international. Le groupe est aujourd’hui présent, avec ses produits et son réseau commercial, sur tous les continents. Ainsi, “50% du chiffre d’affaires est aujourd’hui réalisé à l’étranger”, précise Sylvain Roussel. “Le groupe est physiquement présent en Angleterre, en Italie, aux Etats-Unis, en Espagne, au Portugal, en Allemagne, dans des pays de l’Est et au Benelux. Sinon, nous allons aussi en Afrique noire, au Maghreb et dans l’Asie francophone, en Océanie également. Et bien sûr, nous participons à des salons spécialisés. On peut dire que nous sommes dans plus de 120 pays. Notre marché français, historique, est mature. Donc, pour nous développer il faut aller à l’étranger”, explique-t-il.

Environnement et recherche. Le groupe, ajoute Sylvain Roussel, a porté ses efforts ces dernières années dans les domaines de l’environnement, du contrôle qualité et de la recherche développement. “Nous disposons maintenant, et cela fait partie de nos investissements les plus récents, de deux centres de retraitement pour les produits en fin de vie. On y enlève le revêtement ancien et on remet à neuf le support. Le premier est au Cateau et le second aux Etats-Unis, sur la côte Est.” Il explique que ces dix derniers années, les investissements ont été nombreux dans ces secteurs : création de la station d’épuration du Cateau (pour les rejets industriels classiques), de deux incinérateurs (pour les gaz de production), d’un système de collecte et de réutilisation des eaux pluviales.
Autre axe de développement, en plus de ce qui est lié à l’environnement : tout ce qui relève des normes, de la qualité, de la sécurité alimentaire et du contrôle. D’autant plus, on l’imagine, que l’entreprise doit satisfaire à de multiples réglementations tout en étant toujours à la pointe de l’innovation. “Nous avons pour cela développé une cellule de recherche et de développement, en investissant dans un laboratoire, et créé un département qualité sécurité environnement.” Actuellement, précise encore Sylvain Roussel, le groupe travaille sur le projet de créer des systèmes de lavage intégrés aux lignes de production industrielle de certains clients.