Les galeries d’art lilloisesrassemblées sur un guide

Publié dans l'édition Nord N. 8410 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Pour la première fois, les 24 galeries d’art lilloises se retrouvent ensemble listées sur un petit dépliant de quatre pages très pratique : un plan de situation ; un format de présentation identique à tous avec adresse, thèmes et artistes principaux, et photo pour chacun. Qu’elles soient dédiées à la peinture, à la sculpture, aux livres anciens et à la céramique, ces galeries ont pour point commun d’être exclusivement lilloises – pour l’instant. Le dépliant est distribué gratuitement dans toutes les galeries, mais aussi dans les lieux touristiques.
Cette très bonne initiative – plusieurs fois tentée mais jamais aboutie – a pu voir le jour grâce à l’aide bénévole de Didier Vesse, directeur artistique de Lille Art Fair. Il a relancé l’idée d’un guide après la foire de mars dernier “afin que les galeries lilloises puissent mieux se connaître entre elles et avoir une bonne visibilité commune, comme cela se fait déjà à Lyon ou à Paris”. Il fallait visiblement un intervenant extérieur et impartial pour faire avancer les choses. Si la première réunion s’est tenue dans un lieu neutre, à Saint-Sauveur, les suivantes se sont passées dans chacune des galeries, pendant plusieurs mois. De quoi engager de vrais échanges et de faire mieux se connaître les anciennes et nouvelles générations de galeristes. Ce collectif informel et fraternel a financé lui-même le guide, pour un coût de 3000 € réparti à égalité sur les 24 galeries (avec 500 € de publicité de Lille Art Fair). Ce premier projet ouvre la voie à de nombreuses autres possibilités : des nuits ou des week-ends de l’art, des thèmes communs d’exposition, des parcours autour d’un artiste, etc. Reste à aller plus loin dans le collectif et à passer au statut d’association qui permettrait d’avoir des financements, de la mairie entre autres, très favorable à ce projet. La première marche, la plus difficile, a été enfin franchie. Les galeries lilloises sont en train de s’inventer un avenir commun qui ne peut que leur sourire.