À LONGUENESSE, UN TOURNOI DE FOOT ENTREPRISE

Le sport roi dans l’audomarois

Publié dans l'édition Pas de Calais N. 8353 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

C’est la huitème édition d’un tournoi de football qui est devenu le rendezvous territorial des entreprises qui veulent décompresser en fin de saison. A l’Union Sportive de Saint-Omer, l’occasion est énorme. Qu’on en juge : 52 équipes d’entreprises inscrites pour un tournoi qui a duré le temps d’une soirée le 17 juin dernier. Des grandes entreprises (Colas Nord Picardie, Dalkia, la Lyonnaise, Eurovia, Alphaglass, TSA…), de belles PME (SAEE, Landron, Ramery, Chimirec-Norec…) ; des acteurs publics avec les mairies de Saint-Omer et de Longuennesse, la Communauté d’Agglomération de Saint-Omer (CASO), le pôle emploi, le PLIE… On y a vu des notables en shorts (les notaires notamment) et même les professionnels du Boulogne- sur-Mer qui sont venus taper dans le ballon. Pascal Feriau, président de l’USSO raconte : “C’est la rencontre entre les mondes associatifs, politiques et économiques. Une soirée barbecue, ça rassemble, ça resserre les liens dans une entreprise et ça en crée avec les autres acteurs du territoires”. Le tournoi est d’abord une question de logistique : “Ce sont 60 bénévoles mobilisés toute la journée. 900 repas préparés par un traiteur…” énumére Sabine Delehedde, membre du comité directeur du club. “Et 150 tables, 600 chaises, la sono, l’organisation des 4 terrains utilisés” ajoute le président.

Une politique sportive ambitieuse. Pour le territoire, l’événement met en exergue les équipements et la politique sportive. “Nous mettons beaucoup de moyens dans le sport parce que c’est notre choix politique. L’USSO devient peu à peu un club d’agglomération. Il est monté en CFA 2 en 2009 et a l’ambition d’être en CFA. Nous avons réalisé une installation incomparable pour un club de ce niveau : un terrain homologué tous niveaux, un synthétique, 2 terrains annexes, 2 terrains de rugby homologués, une plaine de jeux…” égrène Bruno Magnier, maire de Saint- Omer. En tout, près d’un million d’euros a été investi sur le complexe Gaston Bonnet depuis 2008. “On trouve également beaucoup de subvention dans le sport. Facilement autour de 70 à 80% d’une dépense ; ce qui permet de limiter les dépenses de la ville” sourit le maire. Le territoire bénéficie de plusieurs sports de haut niveau : Le SKRA (skate board) évolue au niveau national ; l’aviron et le kayak comptent des athlètes de premier ordre. Pour le football, plus mobilisateur, l’élu ne cache par que l’orientation de l’USSO doit s’inscrire dans un club d’agglomération. Bruno Magnier va plus loin en souhaitant que la CASO prenne à terme la compétence sportive : “la CASO reconnaît déjà le football et le SKRA en lui octroyant des subventions. Il y a des économies d’échelle à faire sur ce terrain. Tous les clubs de foot alentours signent des conventions avec l’USSO” explique l’édile.