Ramery environnement : valider les outilspour en généraliser l’utilisation

Publié dans l'édition Pas de Calais N. 8357 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

La Gazette : Pourquoi avez-vous décidé de reparticiper à ce challenge ?

Teddy D’Halluin : Nous avons d’excellentes relations avec la CCI, je trouve que c’est un très bon organisme pour fédérer les entreprises et les faire travailler ensemble, nous participons d’ailleurs à la commission industrie. L’année dernière, nous avons été intéressés par cette opération, avec le pôle valorisation. C’est en réalité notre troisième participation à ce challenge. Notre objectif est de pouvoir assurer un suivi par rapport aux résultats de l’an dernier.

 Qu’avez-vous fait pour améliorer votre performance ?

 Les résultats de l’enquête de satisfaction de 2010 sont très contrastés en fonction des positions géographiques. Suite aux commentaires de nos clients, nous avons augmenté la fréquence des visites commerciales. Cependant, nous avons près de 3 000 clients et il n’est pas évident de tous les voir. Nous avons également travaillé avec nos chauffeurs qui sont le premier vecteur de communication de l’entreprise. Nous avons besoin de relations de proximité et de réactivité, nous avons l’avantage d’avoir une structure à taille humaine, tout en bénéficiant de l’effet groupe.

 Qu’attendez-vous de la participation de cette année ?

Nous souhaitons valider les efforts faits sur le pôle valorisation et jauger la qualité des outils, que nous avons mis en place sur le pôle propreté. Ce dernier est certifié depuis plusieurs années, notamment ISO 14 001 et Mase, nous souhaitons mettre en commun les différents outils, mais pour cela avons besoin de mesurer leur performance. L’étude d’image va nous permettre de jauger et de nous donner des références de travail. Enfin, je pense que le fait de questionner les clients, s’est en quelque sorte une marque de respect et de l’intérêt qu’on le porte.