À la Maison de l’emploi et de la formation à Boulogne

Un nouvel Espace Initiative et Solidarité

Publié dans l'édition Pas de Calais N. 8373 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Ce t e s p a c e 1 , dirigé par Olivier Caboche, accueille désormais la Maison de l’emploi et de la formation et le PLIE (plan local pour l’insertion et l’emploi), tous les deux présidés par Hervé Hénon, mais aussi le Développement social urbain, le Programme de réussite éducative ainsi que de nombreuses structures qui y tiennent régulièrement une permanence (PMI, CPAM, Caf, Mission locale, insertion par l’activité économique…). Ce rapprochement a pour but le développement économique de l’agglomération boulonnaise et la lutte pour un recul eff icace du chômage. Sur le terrain, pour apporter une offre de service identique à l’ensemble de la population qu’elle soit urbaine ou rurale, a été créé le Bus pour l’emploi. Sur les lieux de marché de Marquise, à Samer ou à Desvres, il sert de support d’information et de sensibilisation à la disposition de tous les partenaires : création d’entreprise, clause d’insertion, alternance, emploi et handicap…

Faciliter l’emploi saisonnier. Par ailleurs, les différents partenaires dans le secteur de l’emploi et de la formation sont en train de mettre en place un groupement d’employeurs dans les métiers de l’hôtellerie et de la restauration ainsi qu’une charte de l’emploi saisonnier. Les professionnels de la Côte d’Opale souffrent en effet d’un déficit de main-d’oeuvre qualifiée dans l’emploi saisonnier. “Nous avons démarré une réflexion globale pour répondre aux besoins des entreprises du secteur touristique, explique Hervé Hénon, dans les cinq bassins d’emplois du littoral : Dunkerquois, Calaisis, Audomarois, Boulonnais et Montreuillois.” Pour le président de la Fédération nationale des saisonniers au sein de l’Union des métiers des industries de l’hôtellerie, Thierry Grégoire, “il s’agit de tirer des passerelles vers les autres bassins d’emploi pour trouver de la main-d’oeuvre qualifiée et de favoriser la mobilité”. Avantages : un salarié pourrait, par exemple, travailler l’été sur la Côte d’Opale et l’hiver à la montagne, en ayant la garantie d’un emploi pérenne (un CDI), tandis que le professionnel aurait moins de difficultés à recruter un salarié qualifié. Une enquête est actuellement menée par l’Afpa, et financée par l’unité territoriale 62 de la Dirrecte2, auprès des entreprises concernées : si une cinquantaine d’entre elles répondent présent, le groupement d’employeurs pourrait voir le jour en octobre 2011. Très concrètement déjà, à l’issue d’une opération recrutement organisée à la communauté d’agglomération du Boulonnais, 40 personnes de la Côte d’Opale ont été embauchées en 2011 comme CDD saisonniers par le Club Med. Le pari est désormais de garantir davantage de CDI !