1 600 m² de surfaces supplémentaires

La clinique de Saint-Omerprête pour de nouveaux défis

Publié dans l'édition Pas de Calais N. 8389 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Priorité à la médecine ambulatoire. Le système hospitalier français évolue lentement mais sûrement. L’opposition clinique privée/hôpital public laisse place désormais à une recherche de synergie et de complémentarité.

Economie oblige, le système ambulatoire monte en puissance : il consiste à accueillir les patients pour une seule journée. Aux USA, 90% des soins sont dispensés de la sorte pour 75% en Europe et seulement 50% en France. Désormais, les postes ambulatoires à Saint-Omer seront au nombre de 30 (12 auparavant) et la capacité d’accueil en hospitalisation atteint 80 lits – 40 par étage – au lieu de 66. Autre progression sensible : huit salles d’opération et une salle d’endoscopie, un plateau technique et deux salles de radiologie au rez-de-chaussée. A côté du plateau de consultations programmées, un service de soins externes non programmés. Parmi les autres projets, celui de la venue d’un laboratoire d’analyses médicales semble le plus avancé.

Le nouveau visage hospitalier de l’Audomarois. La métamorphose sensible du bâtiment préfigure le futur visage hospitalier du Pays de Saint-Omer. Les trois dirigeants de Vitalia reconnaissent le rôle déterminant joué par Michel Lefait, le député, et de Joël Duquénoy, le président de la Caso, dans l’évolution positive du paysage sanitaire local. D’abord, l’accord pour l’installation d’un scanner, après des années de refus, a déclenché les travaux évoqués ci-dessus. D’autre part, les relations apaisées entre la clinique et le CHR de la région de Saint-Omer se traduisent par l’émergence d’un partenariat entre les deux équipements. Cela rend d’autant plus lisible la politique de soins dans le bassin audomarois aux yeux des autorités de tutelle. La Caso a la maîtrise des terrains entre le rond-point Aux- Oiseaux et la clinique avec, à terme, la volonté de doter l’Audomarois d’un pôle santé efficient. Une maison médicale offrira tous les types de soins sur un même site. D’autres services pourraient s’implanter sur cet espace : matériel médical, opticien, pharmacie… Et Jean- Baptiste Mortier d’évoquer l’exemple de Vannes, dans le Morbihan, où la clinique Vitalia s’intègre dans un complexe de cette dimension pour la satisfaction de tous.