Formation

Le Siadep a 40 ans

Publié dans l'édition Pas de Calais N. 8393 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Jean-Michel Hasbroucq et son équipe ont souhaité marquer l’année 2011 : 40 ans de formation, 40 années que l’organisme grandit et laisse son empreinte dans le paysage régional. Le Siadep a vu le jour en 1971, à l’initiative des chambres consulaires de Béthune-Lens, Arras et Douai (à cette époque Béthune et Lens était une chambre commune), avec des formations alors essentiellement axées sur les langues et le commerce. “A l’origine, nous étions hébergés dans les locaux de la chambre de commerce, nous ne sommes devenu un centre ‘physique’ à part entière qu’en 1976”, précise le directeur. C’est également cette année-là que le Siadep a créé l’Institut national de commercialisation de la parfumerie. Implanté en plein coeur du bassin minier, cette formation accueille chaque année encore de nombreux stagiaires qui sont formés aux métiers inhérents à la vente de la parfumerie. Au début des années quatre-vingt, c’est à Sin-le-Noble que le Siadep a eu ses premiers locaux pour y dispenser des formations plus techniques et industrielles. En 1981, le centre de formation est passé du statut de centre de formation à celui de groupement interconsulaire. C’est le seul en France dédié à la formation avec une entité indépendante. “Nous occupons nos locaux lensois depuis l’année 1983, en plein coeur de notre rayon d’action, le Siadep”, poursuit Jean- Michel Hasbroucq. A l’aube des années 2000, le centre de formation a axé ses formations sur le tertiaire, le service et le commerce. “Nous travaillons aujourd’hui essentiellement sur des fonctions transversales de nos clients, les entreprises”, précise le directeur. Les clients du Siadep sont en effet des entreprises de toute taille et qui oeuvrent dans tous domaines d’activité. Rien qu’en 2010, 7 000 salariés d’entreprise et 1 000 personnes extérieures ont suivi les formations de l’organisme.

En développement. Depuis trois ans, le Siadep a pris une dimension plus importante en travaillant avec des donneurs d’ordre nationaux. “Nous travaillons de plus en plus avec des entreprises implantées à l’échelle nationale, telles que Groupama, Mondial relais.” Aujourd’hui, les sessions dispensées pour les gros donneurs d’ordre représentent 30% de l’activité formation. Le Siadep a en quelque sorte anticipé la réforme consulaire en commençant à dispenser des formations en dehors de son secteur de prédilection. D’ailleurs, l’organisme compte parmi ses clients des grands groupes régionaux (Cofidis, Bridgestone, Äagen, Nexans, La Redoute, etc.). Historiquement, l’institut de formation travaillait à destination des agents de maîtrise et opérateurs de saisie mais, petit à petit, le Siadep s’est dirigé vers la formation des cadres. “Nous avons pour cela créé un pôle management pour répondre à une demande naissante, mais aussi être force de proposition en direction de nos clients. Enfin, nous avions les compétences nécessaires en interne pour étendre notre niveau d’intervention”, précise le responsable des formations.

Trois métiers. Parmi les 48 000 organismes de formation enregistrés en France, le Siadep a fait le choix de travailler sur une pédagogie innovante, ayant pour but de mettre les stagiaires en situation par le biais de saynètes théâtrales et de jeux. L’objectif est de continuer à développer l’organisme sur ses trois grands métiers : le développement des compétences des salariés, la validation des acquis et l’accompagnement des personnes à l’emploi avec des formations diplômantes. “Depuis 2006, nous nous sommes lancé dans l’organisation de bilans de compétence, soit de manière individuelle, soit pour les entreprises dans le cadre de GPEC”, conclut le responsable formation. Paré pour aborder les 40 prochaines années avec des formations qui collent étroitement aux besoins des salariés et des entreprises, le Siadep a relooké son logo, désormais aux couleurs de la CCI de région.