Rencontres affaires

Se placer et être identifiécomme une référence du recyclage

Publié dans l'édition Pas de Calais N. 8401 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

La Gazette. Pouvez-vous nous présenter votre entreprise et son activité ?
Guy Vandembergue. Coenmans est une entreprise essentiellement axée sur la valorisation des métaux, avec des activités annexes telles que les DEEE et les véhicules hors d’usage. Toujours pour récupérer les métaux : nous ne faisons pas de pièces. Nous avons trois sources d’approvisionnement. Les particuliers, qui se débarrassent de certains objets. Pour les professionnels, nous proposons deux circuits différents. Nous leur proposons d’abord de leur racheter leurs métaux afin de pouvoir les valoriser et les revendre à nos clients. Enfin, nous proposons à nos clients des solutions clés en main, avec le démontage complet de leurs installations. A titre d’exemple, les fers de qualité inférieure partent en Turquie qui est la spécialiste du fer à béton. Les métaux de qualité supérieure sont envoyés à Arcelor, pour servir de matière première secondaire dans les fonderies. Nous récupérons également du cuivre, de l’aluminium, de l’Inox, du bronze et, dans une moindre mesure, les métaux précieux contenus dans les cartes informatiques, et ce, par l’intermédiaire de notre prestataire Terra Nova, à Isbergues. Pour les années à venir, notre objectif est de faire l’acquisition d’un bord à canal de manière à pouvoir doubler le volume de métaux traités sans mettre de camions supplémentaires sur les routes. Nous voulons profiter de la voie fluviale.

Pourquoi avez-vous décidé de participer aux Rencontres affaires ?
Nous avons participé aux Rencontres affaires pour la deuxième année consécutive. J’en avais entendu parler par une personne qui est un participant régulier à la manifestation. Damien Delsart m’avait sollicité l’année dernière, j’ai trouvé ça intéressant. Je venais de rentrer dans l’entreprise et donc dans le monde du recyclage. Ma participation à la manifestation a été très formatrice et m’a permis de rencontrer des interlocuteurs intéressants. Avec la direction, nous avons décidé de renouveler notre participation et de capitaliser sur les premiers retours que nous avons eus.

Parmi les entreprises inscrites, nombreuses sont celles qui vous intéressent…
J’ai ciblé des entreprises dont les métiers tournent autour des métaux, des chaudronneries, des entreprises d’électricité qui démontent des lignes. Bref, tout ce qui a un rapport avec les métaux. Cette année, il n’y en avait pas énormément, j’ai donc facilement rempli mes neuf voeux de rendez-vous. Il y a des entreprises que je ne connais pas encore et que je n’ai pas encore eu le temps de visiter et des sociétés que je connais déjà, mais avec des interlocuteurs différents. Il est toujours intéressant de se représenter et de rencontrer de nouvelles personnes. Cette année, il y a même la Française de mécanique qui participe aux Rencontres. C’est une grosse entreprise que j’ai ciblée. Chaque mois, l’usine produit 700 tonnes de copeaux de déchets métalliques, je souhaite me placer pour le prochain renouvellement de prestataire. Je vais également proposer nos services d’intervention sur site.

Pensez-vous que l’on peut faire du business lors de cette manifestation ?
Oui, clairement oui ! L’année dernière, j’ai eu des contacts intéressants qui ont débouché par la suite. Dans notre métier, nous avançons pas par pas. Les Rencontres affaires permettent de tisser des liens. Lorsqu’on a vu les personnes à plusieurs reprises, c’est toujours plus facile par la suite. Je veux poser des jalons, continuer à faire connaître notre entreprise et nos activités. Pour moi, c’est également un exercice de style, j’affûte mes arguments, je vois ce qui fait mouche. Lorsque je veux du Coenmans, ce qui attire, c’est le sérieux des procédures et la réactivité commerciale.