ARQUES SE PRÉPARE AVEC SON NOUVEL ÉQUIPEMENT

La salle de gymnastique prend son élan

Publié dans l'édition Pas de Calais N. 8409 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Derrière les fours du plus grand verrier du monde, la nouvelle salle de gymnastique trône à la sortie de la ville : six salles pour l’ensemble des activités gymniques dont un plateau de 1 800 m² et trois autres de 520 m². La hauteur culmine à 12 m, les tribunes accueillent 1 000 places, une salle de musculation couvre plus de 100 m². Moderne, le bâtiment respecte aussi les critères environnementaux. “La salle est calée sur les normes 2020. Les 1 200 m² de panneaux photovoltaïques fournissent la totalité de l’électricité, on fabrique l’énergie qu’on utilise. Le surplus couvre les frais de fonctionnement comme la gestion des espaces verts, le ménage. On récupère également l’eau. On a ajouté une citerne cet hiver pour augmenter notre capacité. Enfin, des pompes à chaleur nous aliment en chauffage”, explique Thierry Large, responsable du site arquois. L’équipement est d’ailleurs classé “très haute performance énergétique”. Ce qui aura coûté plus de 8 millions d’euros aux financeurs parmi lesquels la ville pour 10% du coût global du projet, l’Etat avec 9,62%, la Région et le département du Pas-de-Calais avec 27% chacun, la communauté d’agglomération de Saint-Omer (Caso) avec un investissement de 15%.

Histoire d’un projet. Thierry Large suit le projet depuis le début et se souvient. “On réfléchit à ce projet depuis 2008. La décision est intervenue fin 2008 et le début des travaux a débuté en mai 2009 pour une livraison prévue en décembre 2010. On devait agrandir notre salle de gymnastique. On était alors sur quatre lieux différents. Or nous sommes le plus grand club de France avec 1 700 licenciés et 14 salariés. J’ai donc conseillé à la ville de construire une nouvelle salle plutôt que de rénover l’existant.” Le choix s’avère judicieux : le budget de rénovation était déjà de 2,3 millions d’euros. Avec le redimensionnement du projet (à 8 millions TTC), la part de la ville a baissé… Et le timing était réglé au cordeau pour l’accueil des délégations de sportifs des pays concourant aux JO de l’an prochain : “Début décembre, l’équipe nationale du Brésil est venue finir sa préparation. Les Pays-Bas, la Belgique, la France, la Croatie suivent tout au long du printemps.” En mai prochain, une compétition internationale est programmée. Ensuite, ce sera le point culminant de l’année, avec la cerise sur le gâteau : “L’équipe nationale anglaise s’entraînera ici ! Vous imaginez ? Ce sont les organisateurs…” Il y aura aussi le Japon et l’équipe de France qui seront à résidence les trois dernières semaines précédant les JO.

Et après ? Mais il faut d’ores et déjà réfléchir à l’après-JO. L’Audomarois accueillera dans le prolongement des Jeux un événement prévu pour octobre 2012 : Communica sport. Le territoire fera le bilan et mettra à l’honneur les athlètes français ayant participé lors du Gala des élites. Ensuite, la salle gymnique poursuivra ses activités de développement. L’objectif du club est de passer la barre des 2 012 adhérents l’an prochain. Ancré dans son territoire, le complexe accueillera aussi 600 scolaires ainsi qu’une centaine d’étudiants en STAPS, qui viendront en formation pendant dix semaines. “On a des demandes pour 2013 (championnat d’Europe de gymnastique), 2014 (championnat universitaire), 2015 (championnat du monde à Glasgow). Ce sera la même configuration qu’aujourd’hui car Glasgow est à deux heures d’avion”, poursuit le responsable du site. Mais au-delà de l’accueil des fédérations belges, bataves, allemandes, les clubs de l’Eurorégion, les équipements arquois pourront aussi recevoir les entreprises qui souhaiteront réserver le quartier VIP ou louer les services de remise en forme et espaces pour leurs salariés, là où se sont entraînés tant d’athlètes…