Helfaut travaux

Pascal Cochet succède àPaulette Berthélémy

Publié dans l'édition Pas de Calais N. 8417 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

L’es “trente glorieuses” de Paulette. La trajectoire de Paulette Berthélémy est peu banale. Employée à la CGCT (constructions téléphoniques), elle se retrouve, à la suite d’un accident, préposée à la poste de Blendecques. Puis, bientôt, la voici secrétaire dans l’entreprise de ferraillage Wintrebert où elle gère les achats et les ventes. Guy, l’un des frères, crée sa propre société qu’elle intègre et dans laquelle elle effectue toutes les tâches : le secrétariat, le nettoyage… Une bonne école finalement puisque le 1er avril 1980, à son tour elle devient PDG de son entreprise, Helfaut travaux.
Durant 27 années, elle développe sa société avec acharnement et seule après un veuvage précoce en 1986. Elle n’est pas épargnée par les problèmes de tous ordres mais trace sa route, au propre comme figuré, sans faiblir. En 2007, elle cède son entreprise tout en restant salariée.
Le repreneur jetant l’éponge 18 mois plus tard, le 1er juillet 2008, par le biais d’une holding,Paulette récupère son bébé.
Depuis le 1er avril 2011, un nouvel acquéreur est à la tête d’Helfaut travaux. Tous deux, le repreneur et Paulette Berthélémy, veulent assurer la pérennité de cette belle entreprise.

Un Breton aux commandes. Pascal Cochet, un Breton de 43 ans, a épousé une Nordiste. Le voilà ch’ti d’adoption depuis près de 20 ans. Il se retrouve à la tête d’une structure qui pèse huit millions d’euros de CA. Avant cette reprise, il était directeur chez Johnson Controls.
L’effectif d’Helfaut travaux est de 58 employés. Le parc matériel est conséquent avec 28 pelles à pneus ou à chenilles et 7 mini-pelles. Citons encore un bull, 13 camions et semibennes, un concasseur, un cribleur, des chargeuses, etc.
L’entreprise présente un panel de certifications qui prouve sa recherche de l’excellence. Les certifications Qualibat du Pasde- Calais en matière de démolition (n°1112) et de terrassement et fouilles (n°1312). La certification Afaq (n°1512) concerne la qualification probatoire pour les travaux de confinement et de retrait de matériaux non friables contenant de l’amiante. En 2007, la société a reçu le prix très convoité du “Moniteur de la construction”.
C’est sur le terrain que Pascal Cochet nous a reçu, plus précisément à Dunkerque, sur les quais Freycinet 3 et 4. Helfaut travaux y démonte l’ancienne halle aux sucres, avec obligation de conserver la façade séculaire de 20 mètres de haut. L’entreprise est en l’occurrence sous-traitant de Ramery bâtiment.