apprentissage

Des places en CFA pour les Pigier

Publié dans l'édition Pas de Calais N. 8419 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

La nouvelle a fait grand bruit : l’école privée d’esthétisme, coiffure et secrétariat Pigier de Lens a été placée en liquidation judiciaire, laissant 300 jeunes sans formation à quelques mois des examens. En effet, l’école ne peut plus tenir ses engagements suite à des problèmes financiers, une énorme déconvenue pour ceux qui l’avaient choisie en raison de la qualité de ses formations et de sa renommée. “La situation est préoccupante et nous nous interrogeons sur l’organisation. Les formations ont pour but de permettre aux jeunes de trouver un travail, non de les conduire au chômage”, précise Philippe Kemel, vice-président apprentissage à la Région. Face à cette situation, la Région a donc pris des mesures d’urgence pour trouver des solutions adaptées. La formation aux métiers de l’esthétisme et de la coiffure étant le métier historique de la chambre des métiers et de l’artisanat (CMA), celle-ci a immédiatement demandé à la Région une augmentation exceptionnelle de ses quotas de formation. “D’autres organismes régionaux ont également fait des propositions.”

Recensement. Si une solution doit être trouvée dans les 15 jours, l’urgence est pour le moment au recensement des jeunes de manière à pouvoir leur trouver des places dans les différentes antennes de la CMA. “Nous proposons aujourd’hui d’ouvrir des places dans nos différentes antennes et de permettre ainsi à un jeune originaire de la métropole lilloise de se former à Lille et à un autre résidant en Côte d’Opale, de le faire près de chez lui”, explique Alain Griset, président de la chambre des métiers. La solution ainsi proposée doit permettre aux jeunes de finir leur cursus mais aussi de commencer à travailler, les formations dispensées par la chambre des métiers ayant la particularité d’être en alternance. Pas d’inquiétude à avoir quant à la valeur de la formation : les jeunes ayant suivi une formation dispensée par la CMA obtiennent de très bons résultats aux examens, le taux de réussite se situant entre 75 et 85%. “Nous avons déjà contacté les organisations professionnelles, afin de pouvoir offrir les meilleures conditions de formation, et des places en entreprise”, poursuit-il. Mais si la chambre des métiers a la capacité d’accueillir les 200 jeunes en esthétisme et coiffure, par contre, elle n’ouvrira pas de formation dans les domaines qui ne sont pas de son ressort, comme le secrétariat.

Un premier pied dans l’entreprise. La formation en alternance proposée par la chambre des métiers n’est pas anodin, notamment en ce qui concerne la coiffure : “Ce mode de formation permet aux jeunes d’avoir une expérience supplémentaire. C’est primordial à l’heure où un coiffeur sur deux en est issu.” La profession compte 1 600 coiffeurs dans le Pas-de-Calais, 2 200 dans le Nord : “chez nous, la culture de l’apprentissage est historique”, explique Alain de Carrion, président de l’Union départementale de la coiffure. La Région et la chambre des métiers ont mis en place des permanences afin de recevoir les jeunes se retrouvant aujourd’hui sans formation. Ils peuvent joindre le CFA de Béthune qui réceptionne les messages pour l’ensemble des antennes à l’échelle de la région au 03 21 68 71 60. Le service apprentissage de la région est joignable au 03 28 82 84 14.