Conseil

“Préparer les dirigeants territoriauxà la prise de poste est indispensable”

Publié dans l'édition Nord N. 8424 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

 

Jean-Paul Beucher met en avant son savoir-faire en matière de relation élus/techniciens.

Jean-Paul Beucher met en avant son savoir-faire en matière de relation élus/techniciens.

Le choix de Jean-Paul Beucher est un choix guidé par un parcours professionnel riche : directeur d’une école de formation pour adultes, puis délégué national d’un mouvement d’éducation populaire, l’homme a le goût d’entreprendre et de l’engagement. Parmi les compétences qu’il met en avant, celui de la prise de fonction est incontestablement une des principales. Le constat est assez simple : rarement les personnes amenées à exercer des fonctions d’encadrement ou de direction y ont été préparées. C’est le cas dans le secteur privé, mais c’est aussi le cas dans le secteur public, secteur dans lequel la voie du concours est privilégiée pour l’obtention d’un poste à responsabilités.

Eviter le syndrome de Peter. Or, diriger requiert des prérequis techniques (en finances et en ressources humaines notamment) ainsi que des capacités à comprendre le contexte, à l’analyser, à mener une évaluation stratégique puis à mener des hommes et des équipes. Dans ce cadre, Jean-Paul Beucher publiera prochainement un dossier d’expert consacré à ce thème. “J’ai simplement souhaité traiter de tout ce qui constitue à mes yeux la besace de base pour bien exercer son métier de responsable quel que soit son grade, et ce, dans son propre intérêt égoïste bien compris et dans celui des employés dirigés, des élus et des citoyens.” A défaut, le syndrome de Peter1 guide le responsable.
Au-delà du simple guide, Jean-Paul Beucher entend mettre ces éléments en pratique dans le cadre de conseils aux collectivités qui feront appel à ses compétences pour leur organisation, leur process, leur conduite du changement. Il insiste notamment sur la place respective des élus et des techniciens. En effet, dans une collectivité existent deux structures un peu parallèles : la structure des élus avec leurs motivations et les raisons qui les ont poussés à occuper ce mandat bénévole et la structure technique avec ses métiers.

Une corbeille de la mariée héritée sans préparation. L’élu arrive après les élections avec une “corbeille de la mariée” merveilleuse. Le soir de l’élection, il dispose d’un budget qui peut être énorme, de compétences très étendues et d’un très grand nombre de salariés. Pour beaucoup d’entre eux, et ce n’est pas leur faire injure que de dire cela, ils n’ont pas le début d’une idée de l’ampleur de cette corbeille.
En effet, s’ils n’ont pas effectué des études leur apportant la connaissance des collectivités ou eu une activité professionnelle les amenant à gérer une organisation, ils sont démunis. Cependant, ils sont investis des pouvoirs conformément à ce que veut la démocratie. Les techniciens, quant à eux, exercent leurs métiers avec normalement les compétences nécessaires et restent, pour la grande majorité d’entre eux, en place malgré les alternances. Chacun aura compris bien sûr que ces différents éléments ne sont pas sans influer sur le fonctionnement de l’organisation. Jean-Paul Beucher met en avant son savoir-faire en matière de relation élus/techniciens pour être un facilitateur, une assistance à la décision pour aider les élus et les techniciens à trouver des solutions au sein de leurs collectivités, en appuyant sur le fait que les expertises externes sont souvent le gage d’une grande innovation et ouverture. Et finalement si la frontière entre public et privé n’était pas si importante ? Jean-Paul Beucher, avec son expérience pluridisciplinaire et multi-organismes, estime que les parcours se nourrissent les uns les autres.