Développement durable

Pocheco lance sa sociétéde conseil en “écolonomie”

Publié dans l'édition Nord N. 8428 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

 

Les machines ont toutes des couleurs différentes pour mieux différencier les produits et les zones de production sous la lumière naturelle des sheds.

Les machines ont toutes des couleurs différentes pour mieux différencier les produits et les zones de production sous la lumière naturelle des sheds.

Ecolonomies1 : c’est l’art de réduire son impact environnement tout en faisant des économies. Un credo qu’Emmanuel Druon, PDG de Pocheco, applique au quotidien dans son entreprise depuis 1997 déjà. “C’est du bon sens : il est plus intéressant de travailler de façon écologique”, répète-t-il à l’envi. C’est en se préoccupant de la traçabilité du papier utilisé pour fabriquer ses enveloppes que le dirigeant de Pocheco a commencé sa démarche industrielle et managériale vers plus d’écologie. Du papier aux encres, en passant par l’électricité utilisée par les machines et pour l’éclairage, il a revu tout le process de fabrication de A à Z, jusqu’au triage et recyclage des déchets. Il a choisi des prestataires qui vont dans le même sens, amélioré la production tout en réduisant sensiblement la pénibilité du travail. Un formidable travail de fond et un investissement conséquent d’1 million d’euros depuis 22 ans, porté par une conviction qu’il a su faire partager à ses 114 collaborateurs qui fabriquent 2 milliards d’enveloppes et de pochettes par an.

Une transformation complète de l’usine. Et pourtant, tant pour le process industriel que pour les bâtiments, le travail de changement était énorme. La rénovation du toit de l’usine est un exemple qu’Emmanuel Druon raconte volontiers. “Les bâtiments datent de 1848, avec des toits en sheds couvrant les 2 000 m2 des ateliers. Nous avons opté pour une toiture mieux isolée, antifeu, avec les sheds afin d’avoir une lumière naturelle. Les parties exposées sud portent des panneaux photovoltaïques hybrides (produits en Europe) sur 600 m2 qui nous permettent de revendre pour 100 000 euros d’électricité à EDF. Les parties plates sont végétalisées, il y a même un apiculteur qui a récolté près de 50 kg de miel l’année dernière. Nous avons aussi changé notre système de chauffage pour récupérer la chaleur. Résultat : nous allons mettre seulement dix ans à rembourser ce toit.” En ce qui concerne les machines, elles sont certifiées Iso 9001, avec une démarche Ohsas 18001 qui garantit la sécurité du personnel sur le site de production lui-même certifié Iso 14001. Toutes ces transformations “écolonomiques” peuvent être appréciées par tout un chacun puisque l’usine se visite. Un parcours pédagogique a été mis en place, avec des encarts explicatifs de chaque action mise en place. Il y a en a jusque dans les toilettes, pour expliquer la préférence de l’essuie-mains aux serviettes en papier !

Un cabinet de conseil en écolonomie. C’est donc sur cette expérience très concrète, appliquée à soi-même, que Pocheco a créé son cabinet de conseil en écolonomie pour les entreprises. “Ça n’a pas été facile de trouver les bonnes entreprises, de comprendre la législation, de devenir chef d’orchestre pour les travaux. Personne n’était capable de nous aider à tout gérer”, explique le responsable pour justif ier la légitimité de ce nouveau métier. “Nous sommes complémentaire aux gros cabinets spécialisés”, ajoute-t-il. Pocheco Canopée conseil (un nom en lien avec l’association de reforestation du Nord-Pas de Calais créée en 2009… par Pocheco) propose donc un diagnostic (analyse du cadre de vie, Bilan carbone®, diagnostic de performance énergétique, audit de l’organisation et étude de perception), des solutions écolonomiques (écoconception, achats responsables, compensation et Limitation carbone®, plan de déplacement d’entreprise, assistance à la maîtrise d’ouvrage en écorénovation, management de la qualité-sécurité), et une aide à la communication. La nouvelle entité, hébergée au sein des locaux de Forest-sur- Marque, est dirigée par Elodie Bia. “Tous les conseils que nous pouvons donner ont été testés et validés en interne”, affirme-t-elle.
Une démarche qui plaît à Corinne Lepage, présente lors du lancement du cabinetconseil, le 25 janvier dernier. Emmanuel Druon l’avait contactée en 2009 après avoir lu son livre pour lui dire qu’il avait mis en place dans son entreprise tout ce qu’elle préconisait. “Nous sommes sur la même longueur d’onde. Pocheco démontre qu’il est possible de bousculer les habitudes et que la société civile et les chefs d’entreprise ont un rôle exemplaire à jouer”, assure la candidate à l’élection présidentielle. 1. Ce néologisme (fort pratique !) est un raccourci entre “écologie” et “économie”. Corinne Lepage l’a inventé en 2008 dans son livre Vivre autrement.