Immobilier

La force d’Immoprêt ? Etre un courtier100% gratuit pour le futur propriétaire

Publié dans l'édition Nord N. 8428 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

 

Immoprêt a traité 6 000 dossiers en 2011 et en région.

Immoprêt a traité 6 000 dossiers en 2011 et en région.

Immoprêt est né il y a six ans sur le littoral à Dunkerque et dispose aujourd’hui d’un réseau de neuf agences en propre et 27 licences partout en France. Un développement rapide, certainement dû au dynamisme de son dirigeant, Ulrich Maurel. “Avec ma formation en immobilier, j’ai d’abord travaillé à Dunkerque pour le Crédit foncier puis pour la Caisse d’épargne. Il y a un besoin clair : le client veut rencontrer un spécialiste indépendant qui vulgarise les choses et lui fait gagner du temps en faisant tout à sa place”, explique-t-il. Fort de ce constat, il crée en 2006 Immoprêt, un courtier 100% gratuit, sans aucun frais de dossier. Si ces termes peuvent soulever des interrogations, le fonctionnement d’Immoprêt est bien rodé : “La gratuité est une notion compliquée car elle suscite la curiosité. Il y a un vrai travail de pédagogie. Nous sommes rémunérés au forfait par les banques mais nous ne réclamons aucun honoraire. Notre contrepartie ? Que nos clients soient des ambassadeurs d’Immoprêt !” Quatre mois seulement après l’ouverture de l’agence dunkerquoise, Immoprêt s’est attaqué à Valenciennes, Lille et Armentières, pour arriver à une bonne dizaine d’agences en région (six dans le Pas-de-Calais, sept sur le Nord). L’enseigne se déploie en franchise dès 2009. “Nous voulons atteindre le rythme de dix ouvertures par an. Pour 2012, huit ouvertures sont programmées1. On considère que les gérants d’agence Immoprêt doivent être proches de leurs clients, c’est pourquoi on privilégie la franchise”, poursuit Ulrich Maurel. D’un salarié en 2006, l’entreprise est passée à 120 collaborateurs, dont 45 en région. Un développement exponentiel qui lui a permis de se hisser à la quatrième place nationale en termes de volume d’affaires, avec 5 millions d’euros de chiffre d’affaires sur le dernier exercice.

Le courtage : peu répandu en France. En 2011, 30% des futurs acheteurs français sont passés par un courtier, un chiffre en hausse par rapport à 2010 mais bien en deçà de celui des autres pays. En Allemagne, 60% des opérations se déroulent par courtage, 80% en Belgique et quasiment 100% aux Etats-Unis ! Depuis ces dernières années, la profession de courtier a connu de nombreuses évolutions : ainsi, un dernier décret paru début février exige la transparence quant à la rémunération des courtiers et une obligation de formation. Immoprêt est d’ailleurs adhérent à l’Afib (Association française des intermédiaires bancaires) dont la mission est de fédérer et de représenter la profession d’intérmédiaire du crédit et d’éviter certains “accords” entre des courtiers et des institutions financières, comme Meilleurtaux. com dont l’actionnaire n’est autre que la Caisse d’épargne… “Notre indépendance fait notre force. Il n’y a ni banque ni fonds d’investissement chez nous. Nous nous devons simplement de faire du volume”, précise Ulrich Maurel.

Simplifier la vie”. Avant tout, ce que le client recherche, c’est un gain de temps et une simplification des procédures. Le projet de vie qu’est l’achat d’un bien immobilier peut vite s’avérer complexe d’un point de vue bancaire. “Il y a beaucoup d’acteurs sur Internet mais le client a besoin de rencontrer quelqu’un. Dès le premier rendez-vous, nous pouvons dire si un dossier est acceptable et les mensualités que le client va payer. Dans les sept jours, on peut lui dire avec quelle banque réaliser son crédit. Ensuite, le client et l’agent Immoprêt vont ensemble au rendez-vous. Immoprêt analyse les offres de prêt. Il faut lui simplifier la vie !” De fait, 9 000 clients dont 6 000 dans la région sont déjà passés par Immoprêt et l’ambition de l’entreprise régionale ne s’arrête pas là : Ulrich Maurel espère doubler ses effectifs dans les années à venir pour se hisser à la tête du classement des courtiers en prêts immobiliers.

1. Rouen, Cambrai, Rezé, Reims, La Rochelle, Beauvais, Saint-Quentin et Laon.