Crédit agricol e Nord de France

“2011, contexte compliqué,mais année satisfaisante”

Publié dans l'édition Nord N. 8430 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

 

Bernard Pacory, président, et Jacques Durand, directeur général par intérim.

Bernard Pacory, président, et Jacques Durand, directeur général par intérim.

Les motifs de satisfaction sont nombreux : un total de bilan consolidé qui a dépassé les 30 mds€ à 31,577 Mds€ (+22%), permettant à la caisse régionale de se classer au 2e rang national des 39 caisses de Crédit agricole sur ce critère, le renforcement de ses positions en Belgique suite au rachat de Centea par sa filiale Crédit agricole de Belgique. Mais aussi un développement constant du fonds de commerce avec 50 104 nouveaux clients (une vingtaine de milliers en net), soit 10% de plus en cinq ans, à 1,1 million ; une part de marché collecte de 19% et crédit de 23% au niveau régional, preuve du fort engagement de la banque sur son territoire ; des fonds propres qui approchent les 3 mds€ ; un dividende proposé au titre de 2011 de 1,15 €, soit un rendement “pas si mal” de 8,20%. Au final, le constat d’un établissement “toujours en développement” qui n’a pas l’intention de s’arrêter en si bon chemin grâce à des investissements faits dans un passé récent dans les pôles capital-investissement, immobilier, médias et en Belgique, qui “ont valeur d’exemple”. Avec un particulier sur quatre clients, une entreprise sur trois financée, “nous continuons à performer sur le territoire du Nord-Pas-de- Calais”, assure Bernard Pacory qui explique ces résultats par “la proximité de tous les jours de l’établissement et de ses équipes avec les clients”. Pour l’exercice en cours, “les fondamentaux solides” de la banque – à savoir un réseau commercial de 268 agences déployées sur tout le territoire avec 1 800 collaborateurs sur un total de 2 800, des produits adaptés, des risques relativement étalés – laissent entrevoir au président Pacory “une visibilité qui, sauf catastrophe imprévue, devrait permettre de poursuivre le développement”. Et ce, d’autant plus que par rapport à une année 2011 très chahutée, Jacques Durand pronostique une année 2012 “plus calme” en termes de prévisibilité des taux monétaires grâce à l’action de la BCE et de la FED. “Un peu de sérénité devrait faciliter les refinancements. Ceci étant, s’il n’y a pas de demande…

Parmi les faits marquants. L’encours collecte a progressé de 1,5% à 22,5 Mds€ grâce à une forte progression de la collecte monétaire (+9,5%) et de l’épargne bancaire (+7,2%). “Cette progression de l’épargne bancaire est fondamentale. Pour la première fois, la collecte financière qui permet de financer les crédits a progressé plus vite que le crédit. (…) La tendance s’est renversée avec un ratio collecte/ crédit passé de 63,4% en 2010 à 65,2% en 2011. C’est un événement significatif que nous allons continuer à accentuer.” Objectif : 75% dans les trois à quatre ans, car c’est une économie dans les coûts de refinancement. L’encours crédit a crû de 3,3% à 19 Mds€, avec une progression de 6,9 % en crédit habitat et de 2,5% en crédits d’équipement. L’encours moyen de crédit aux agriculteurs a pro-gressé de 5,6%, aux professionnels/TPE de 3,9%, aux particuliers de 6,2%. L’encours aux entreprises et collectivités est resté stable.
Malicéa : c’est le nom du site de “cash-back” lancé par le CANDF en mars 2011. Ce site permet à ses 15 000 adhérents inscrits de bénéficier de ristournes en cash de 1 à 6% sur plus de 500 sites de vente en ligne partenaires. “Nous avons une belle marge de progrès, 8% des Français l’utilisent contre 40% des Anglo- Saxons. Avantage : la fidélisation, la conquête des jeunes, l’image innovante de la banque.”
L’accompagnement des petites entreprises s’est traduit par une progression de 5,5% des encours de crédit et de 9% des nouvelles réalisations en nombre. Un créateur sur cinq est financé par le CANDF et un crédit sur quatre réalisé dans le cadre de la préattribution.
Les charges de fonctionnement nettes ont progressé “raisonnablement” de 2,7% alors que les charges de personnel ont baissé de 3,2%. Cette baisse est liée au développement du programme Nice (Nouvelle informatique convergence évolutive), système d’information unifié pour les 39 caisses régionales, en cours de construction et qui doit être achevé à l’horizon de novembre 2013. Si le CANF y perdra 80 salariés, Lille conservera une centaine d’informaticiens installés au Plaza à Lille et gérés par Nice.
Le produit net bancaire atteint 580,4 M€ en baisse de 4,9%, du fait notamment d’une diminution de 24 M€ du produit des opérations de portefeuille. Le recul du résultat net de 14,8% de 202,4 M€ à 172,4 M€ s’explique par les plus-values liées à la vente de MRA à Pacifica pour 32 M€ dans les comptes 2010. Le conseil d’administration va proposer à l’assemblée générale du 16 avril le versement d’un dividende de 1,15 € par certificat coopératif d’investissement (CCI), soit un rendement de 8,23% sur le cours au 31 décembre 2011.
Le pôle immobilier a été regroupé dans le holding Nord de France immobilier (NDFI). Il chapeaute toutes les activités acquises depuis 2006, de transactions, gestion de biens et syndic sous les trois marques MSI, Arcadim et Imm-Nord, ainsi que la promotion avec Nacarat, société commune avec Rabot Dutilleul. Il totalise 115 agences, 4 000 transactions, soit une part de marché de 20% des transactions intermédiées, 6 800 lots en gestion, 22 000 lots de copropriétés et 556 collaborateurs. Ce pôle contribue négativement au bilan global à hauteur de 5 M€, mais sa réorganisation, qui s’est traduite notamment par le regroupement des trois marques au Nouveau-Siècle à Lille et la nomination d’une nouvelle direction générale, “doit produire son efficacité commerciale et des résultats avec un équilibre attendu en 2014”. L’effort portera sur la commercialisation par Internet, une diversification vers la location de locaux professionnels et l’intégration de la promotion immobilière, ainsi que sur des synergies possibles avec le pôle média.
Les Points passerelles, structure associative dédiée à l’accompagnement des particuliers en cas d’accident de la vie, ont permis de réaliser 67 dossiers d’accompagnement et 55 projets pour un montant global de 132 000 € en micro-crédit et équipement. Aux points d’Arras, Boulogne et Lille, ouverts en 2010 et 2010, s’ajoutera cette année celui de Valenciennes.