VNF inaugure une déchetterie le long du canal d’Aire

Faciliter la vie des usagersde la voie d’eau

Publié dans l'édition Pas de Calais N. 8423 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Une déchetterie ainsi que des bornes de distribution d’eau et d’électricité ont été inaugurées.

Une déchetterie ainsi que des bornes de distribution d’eau et d’électricité ont été inaugurées.

Le tri sélectif n’est pas uniquement l’affaire des personnes vivant en pavillon ou dans les grands ensembles. En effet, les utilisateurs de la voie d’eau sont tout autant concernés et, du côté de chez VNF, on en est convaincus. Ainsi, depuis quelques années, cette institution d’Etat déconcentrée dans la région a développé le déploiement de déchetteries sur le Nord et le Pas-de-Calais. Jusqu’ici, deux outils de ce type fonctionnaient sur l’Escaut et dans le Douaisis. Le 30 janvier dernier, la troisième déchetterie du dispositif a été inaugurée entre Cuinchy et Givenchy-lèsla- Bassée. Avec ce troisième équipement, VNF propose un service équilibré d’un point de vue géographique. “Nous sommes présents sur la Deûle, l’Escaut et le canal d’Aire. Les trois grands axes sont couverts”, explique Guy Arzul, responsable de développement à VNF.
Le canal d’Aire à La Bassée voit passer chaque jour 30 à 40 bateaux. Par conséquent, le choix de l’implantation s’imposait, comme le confie Guy Arzul : “Ce trafic correspond à la circulation d’1,5 million de tonnes de marchandises annuellement. Cela génère incontestablement des déchets. Il faut ajouter à cela les rebuts ménagers des bateliers mais aussi des plaisanciers. Cet axe dispose d’une portée internationale. Il met en connexion Dunkerque avec le reste de la France mais aussi la Belgique, les Pays-Bas. Il devrait voir sa fréquentation accroître encore à l’avenir, notamment avec la mise en service Canal Seine-Nord. Par conséquent, il faut réfléchir à des solutions pour faciliter la vie des personnes travaillant sur les bateaux.”

Outil adapté. Les retours sur expériences sur les équipements existants apparaissent largement positifs, les usagers jouant le jeu. Située au niveau de l’écluse de Cuinchy, les marins ont, durant la manoeuvre, le temps de descendre leurs déchets.
Autrefois, une déchetterie existait le long de cet axe fluvial mais elle avait disparu suite à un incendie. En 2008, elle avait été remplacée par un système temporaire de bennes à ciel ouvert. L’objectif était de faire évoluer cette structure afin d’obtenir un centre de tri plus esthétique et produisant le moins de nuisances possibles, initiative saluée par les riverains et les maires des communes de Givenchy-lès-la-Bassée et de Cuinchy.
La concrétisation de cette déchetterie a nécessité un investissement de 275 000 euros TTC et cet ouvrage s’inscrit pleinement dans son environnement, le bois étant un élément clé de sa conception. La communication en direction des usagers du canal a déjà été engagée, notamment via un avis de batellerie. “Ces avis arrivent aux navigants par le biais d’un SMS ou d’un mail. L’information est apportée quasiment en temps réel. Par ailleurs, à terme, les cartes de navigation mentionneront l’existence de cet équipement”, souligne Guy Arzul. Si VNF planche sur la question environnementale, l’institution réfléchit aussi sur la possibilité d’apporter d’autres services aux bateliers et plaisanciers. “Les mariniers n’ont pas un métier facile. Nous essayons d’apporter des réponses aux problématiques qu’ils rencontrent au quotidien. L’objectif est aussi d’assurer la pérennité de la profession.” Nouveaux services. Ainsi, parallèlement à la déchetterie, un système de bornes pour la distribution d’eau et d’élec-tricité a été inauguré. Elle s’adresse aux gens qui stationnent temporairement, en général l’espace d’une nuit. Par ailleurs, VNF va tenter de développer un système de plate-forme afin de permettre aux propriétaires de débarquer leur automobile à quai plus facilement. Dans le même temps, VNF cherche à améliorer l’accès wifi sur les zones de stationnement répertoriées sur les canaux. Ces zones de stationnement font aussi l’objet d’une attention particulière. En effet, la taille des bateaux a considérablement augmenté ces dernières années. “On est passé de gabarits de 38,5 m de long pour 350 tonnes à d’autres de 110 m pour 3 000 tonnes. Par conséquent, les infrastructures doivent être adaptées et proportionnées à ces formats plus imposants”, précise Guy Arzul.
Ces deux dernières années, la fréquentation des voies d’eau de la région a affiché un accroissement, les tonnages étant en hausse de 6% et le trafic industriel augmentant de 3,5%. Cette progression laisse entrevoir de belles perspectives, renforcées par l’ouverture du canal Seine- Nord en 2018. Selon les prévisions, le trafic dans le Nord-Pasde- Calais devrait doubler pour 2023 et tripler pour 2025. VNF va donc poursuivre sa mission d’aménagement des voies d’eau et renforcer l’offre ainsi que la qualité de service.