EURALOGISTIC’DAY À DOURGES

La logistique continue d’innover et de se développer

Publié dans l'édition Pas de Calais N. 9632 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

D.R.

Jean-Marc Devise, président de la CCI de l'Artois et du pôle régional Euralogistic, a rappelé les tenants et les aboutissants de la filière régionale.

C’est à Dourges, au coeur du pôle Euralogistic, qu’a eu lieu l’Euralogistic’Day. Une édition placée sous le signe du développement et de l’évolution d’une filière porteuse à l’échelle régionale, avec la présentation des actions passées et des axes de travail pour l’année à venir. La filière logistique se montre dynamique !

Jean-Marc Devise, président de la CCI de l’Artois nouvellement élu et par extension président du pôle régional Euralogistic, successeur de Edouard Magnaval, a ouvert l’édition 2017 de l’Euralogistic’Day en rappelant la genèse du projet de campus de la logistique et du pôle Euralogistic. Laurent Desprez, directeur du pôle d’excellence régional Euralogistic, lui a emboîté le pas : “Notre outil est situé au coeur de la région, à 15 min de Lille en voiture. On compte plus de 80 millions d’habitants (l’équivalent de l’Allemagne) à 300 kilomètres à la ronde et un total de cinq capitales nationales : Paris, Londres, Luxembourg, Bruxelles, Amsterdam.” La nouvelle grande région des Hauts-de-France compte plus de 6 millions d’habitants, “soit plus que des pays comme la Norvège ou le Danemark (5 millions d’habitants chacun) et c’est également la 2e région de France la plus densément peuplée, derrière l’Île-de-France”, a poursuivi Laurent Desprez. Les atouts des Hauts-de- France sont nombreux : c’est le berceau français de la grande distribution et du e-commerce, c’est également une des régions leaders de la “French Tech”. En termes d’emploi, la logistique et le transport représentent 157 000 postes dans les Hauts-de-France, soit 13,7% de l’emploi salarié. Enfin, la logistique dispose d’une côte maritime étendue, comportant de grands ports, notamment Boulogne et Dunkerque : 3e port européen de porte-conteneurs, celui-ci détient le record français avec 25 ans sans un seul jour de grève !

En développement

Quant aux bilans de l’année 2016 et perspectives pour 2017, Laurent Desprez a indiqué que l’équipe d’Euralogistic avait “rencontré individuellement 96 entreprises de la filière et tissé de nombreux partenariats avec des associations, des communautés de communes ou encore des entreprises telles que la Sogemin (ndlr : Société pour la réalisation et la gestion du marché d’intérêt national de Lille)”. Afin de diffuser davantage son modèle et convaincre de nouvelles entreprises, Euralogistic participera à des salons, le Paris SITL mais aussi l’événement régional Log & Play. Euralogistic travaille également à la refonte complète de son site web. Les opportunités de développement ne manquent pas, Il y a tout d’abord le projet de canal Seine-Nord. Même si le dossier traîne en longueur, il continuer d’avancer, et c’est pendant cette année 2017 que le projet devrait être déclaré d’utilité publique. Une étape obligatoire pour lancer des études approfondies et redonner un coup de fouet au projet. Pour 2017, Euralogistic s’est fixé des objectifs précis. “Nous voulons créer un campus 2.0, faire des actions de maillage et de promotion partout sur le territoire, créer un projet régional structurant”, a annoncé Laurent Desprez. Les témoignages étant beaucoup plus parlants que les longs discours, l’événement s’est terminé par une table ronde. Six intervenants, dirigeants et DRH des sociétés Condi- Services, Kloosterboer, les transports Depaew, la société Ciuch, Log’s, et Leroy Merlin ont débattu sur le sujet des ressources humaines dans les sociétés logistiques de demain. Ils ont mis en avant la mutation de leurs métiers, mais aussi les difficultés à embaucher du personnel qualifié et motivé, notamment chez les jeunes. “Il n’y a pas de lien entre l’âge et la motivation de la personne”, a souligné Frédéric Hénon, de Kloosterboer, rappelant que les PDG et les DRH ont souvent une image négative des jeunes travailleurs. La filière logistique régionale dispose donc de sérieux atouts pour passer à la vitesse supérieure.