Première assemblée générale de SOFIE (Saint-Omer - Flandre interface d'entreprises)

“L’audace collective d’innover”

Publié dans l'édition Pas de Calais N. 9634 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Blaringhem (59), cité de Flandre-Intérieure, limitrophe avec plusieurs communes du Pas-de-Calais, est le trait d’union naturel entre les trois intercommunalitées voisines : la CAPSO (Pays de Saint-Omer), la Flandre-Intérieure et le Pays de Lumbres. À Blaringhem, leurs efforts conjoints ont abouti au sauvetage et la revalorisation de l’ancien site d’Arc international.

C’est dans la salle du pôle Culture et Loisir que s’est tenue l’assemblée générale de SOFIE,  l’agence de développement économique créée en 2016.

Daniel Pecqueur, bientôt François Motte… Daniel Pecqueur, fondateur de Saint-Omer développement, puis de SOFIE, en sera le président pour un semestre, avant de céder le fauteuil à François Motte, PDG de Sobanor. 

Devant un parterre de personnalités politiques et économiques, il a souligné l’efficacité de SOFIE, efficacité confortée par l’attractivité du territoire que couvre l’agence de développement. La gamme des parcs d’activités proposés séduit les investisseurs.

Les trois présidents – Jean-Pierre Bataille (Flandre-Intérieure), Christian Leroy (CCP Lumbres) et François Decoster (CAPSO) – ont tour à tour reconnu la réactivité et la pertinence de l’agence. Elle est née des nuages noirs qui menaçaient, il y a une vingtaine d’années, le ciel d’Arc international, obligeant les élus politiques et économiques de ce bassin à mettre en place une stratégie de combat, à l’époque Saint-Omer développement.

M. Bataille attend le très haut débit (THD) partout, nécessaire pour attirer les entreprises. M. Leroy, pour la CCPL, s’est réjoui du développement économique de sa communauté de communes au travers de deux sites : la Porte-du-Littoral à l’est et la RD 215 à l’ouest. François Decoster est quant à lui furieux de la position de l’Etat à propos de la CCR Audruicq, écartelée à son corps défendant entre Calais et Saint-Omer. Propos sentis, approuvés par Nicole Chevalier, présidente de la CCRA.

Philippe Krause, PDG de Lussiol, en pleine lumière. Le temps fort de l’AG a été le témoignage de Philippe Krause, entrepreneur installé à Blaringhem depuis novembre 2016. Grossiste en luminaires, il fait venir ses produits d’Asie qu’il assemble sur place. Un négoce prospère pour cette «start-up» créée en 2011, qui a connu une croissance de 30% en 2016 et qui embauchera prochainement 45 salariés. Ses clients sont la grande distribution et les enseignes dédiées (Leroy Merlin par exemple). L’accompagnement de SOFIE a permis son installation en neuf mois et le transfert de son activité de Toul (54) à Blaringhem, avec un showroom à Hardifort. Cerise sur le gâteau, en novembre 2016, son dossier a été éligible au dispositif Arc international, synonyme de subventions. Par ailleurs, ce jeune patron dynamique a signé une convention avec la prison de Longuenesse pour impliquer des détenus dans son développement.

Le dynamisme de SOFIE. Cet exemple de la réactivité de l’agence n’est pas unique. Un autre chiffre témoigne du dynamisme économique du territoire : l’activité portuaire locale a flirté en 2016 avec le million de tonnes. Par comparaison, celle de Béthune est trois fois moindre (300 000 tonnes) et celle des concessions des ports de Lille équivalente (1 130 000 tonnes).

ML

Philippe Krause, président de Lussiol lors de son discours.

ML

De gauche à droite, C. Leroy, F. Decoster, D. Pecqueur, J.-P. Bataille et F. Motte.