Adecco

Réunir les entreprises pour lutter contre la pénurie de main d’œuvre

Publié dans l'édition Nord N. 8827 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

 

D.R.

Philippe Martinez, directeur général d’Adecco France, et Stéphane Lesur, directeur de la zone Lille Métropole.

 

 

La Gazette. Comment se porte l’emploi intérimaire dans la région ? 

L’emploi intérimaire suit une tendance globalement positive depuis 18 mois et la reprise est assez générale. La réalité est simple : les entreprises ont besoin de flexibilité et la conjoncture est plus favorable qu’il y a deux, trois ans. En Hauts-de-France, on compte plus de 13 000 collaborateurs intérimaires. C’est un marché en croissance qui s’éloigne de plus en plus de son image traditionnelle. À l’échelle nationale, les intérimaires représentent entre 5% et 10% des actifs depuis un an.

 

Quel est concrètement l’objectif du dispositif «pôles de compétences partagés» (PCP) ? 

Nous avons signé une convention avec le Conseil régional fin 2016 pour la création de pôles de compétences partagés. Les PCP sont une solution contre la pénurie de main-d’œuvre et réunissent des entreprises d’un même secteur d’activité et d’un même bassin d’emploi. Adecco s’engage à recruter, former et mettre à disposition des collaborateurs en CDI intérimaire. Une solution qui constitue pour les entreprises une valeur supplémentaire de recours à l’intérim : des collaborateurs mieux formés, davantage de sécurité et de continuité dans la relation avec les intérimaires. L’objectif d’ici fin 2017 est de recruter 350 personnes en CDI intérimaire. Au niveau national, l’enjeu est de déployer ce dispositif sur cinquante bassins d’emploi avec, à la clé, la signature de 5 000 CDI intérimaires d’ici fin 2017. Il existe aujourd’hui cinq PCP (automobile dans le Valenciennois, logistique dans la métropole lilloise et Douai, logistique à Dourges, aéronautique à Merville) et prochainement deux nouveaux PCP dans l’industrie. C’est une véritable innovation dans le sens où l’on offre à la fois une formation initiale, une formation continue et un parcours d’accompagnement.

 

Pourquoi le CDI intérimaire rencontre t-il le succès ? 

Il s’agit d’une très belle avancée. Le «CDII» amène de la flexisécurité. Nous nous sommes engagé vis-à-vis du gouvernement à créer entre 15 000 et 20 000 emplois sur trois ans. En région, près de 10 CDII sont créés par agence, ce qui porte aujourd’hui son nombre à 800 en Hauts-de-France en un peu plus de deux ans d’existence. Les CDI intérimaires sont référencés sur trois qualifications et sont obligés d’accepter une mission à 50 km de rayon de leur domicile.

 

Quels sont les secteurs d’activité porteurs dans les Hauts-de-France ? 

L’intérim est extrêmement réactif dans tout ce qui touche à l’hôtellerie-restauration, le secteur numéro 1. Mais il cartonne également dans les transports, la logistique, l’automobile ou encore le BTP. En revanche, le commerce est en difficulté dans la région. En ce qui concerne les métiers en tension (conducteur de train, pâtissier, boucher…), nous sommes engagé dans une politique d’alternance dans le cadre d’une convention avec l’AFPA. Nous sélectionnons les métiers en tension, nous trouvons des jeunes motivés et choisissons les écoles et centres de formation. La SNCF et Eurotunnel ont, par exemple, déjà accueilli leur deuxième promotion d’alternants.

 

Quels profils Adecco recherche aujourd’hui ? 

Dans un marché où tout va très vite, c’est extrêmement compliqué de recruter le bon profil. Mais nous recherchons avant tout des gens ponctuels, qui font preuve de savoir-être et d’un esprit d’équipe et qui ont la volonté d’apprendre.

 

ENCADRE :

 

Le groupe a réalisé en 2016, 22,7 milliards de chiffre d’affaires, dont 4,9 milliards dans l’Hexagone. Dans les Hauts-de-France, Adecco c’est :

 

• 82 agences, dont 16 dans la métropole lilloise

• 325 collaborateurs permanents

• Plus de 13 000 collaborateurs intérimaires

• Plus de 3 700 entreprises clientes