“Être solidaire avec chacundes habitants du territoire”

L’année 2011 a vu sur Arras un moment rare en politique. Jean-Marie Vanlerenberghe, désormais “seulement” sénateur, a abandonné récemment son mandat de maire d’Arras à Frédéric Leturque et celui de président de la communauté urbaine d’Arras (CUA ) à Philippe Rapeneau. Les différentes cérémonies des voeux, CUA et maire, ont permis de mettre l’accent sur les actions et réalisations de l’année écoulée, naturellement au bénéfice de Jean-Marie Vanlerenberghe,...

SeaFrance bouge toujours

Il faudra jouer les prolongations. Les lettres de licenciement sont envoyées aux 890 salariés pendant que les représentants de ces derniers négocient le PSE, le troisième en deux ans. Indemnités légales, supra-légales, la SNCF coemployeur, vices de forme... La défense s’organise à Calais. Les prochaines semaines verront la vente des actifs de la compagnie maritime. Trois navires sur quatre sont sur le marché. Eurotunnel et la SCOP restent...

Lekieffre usine encore

Philippe Lekieffre trace son sillon d’entrepreneur depuis près de 40 ans. Victime de la crise il y a deux ans, l’homme s’est relevé rapidement en reprenant avec un associé son entreprise : son secteur d’activité reste une niche si l’on sait s’adapter. Entre fabrication et maintenance, la SAS Ateliers mécaniques airois conserve un savoir-faire traditionnel.

Un spécialiste de la mécanique deprécision, de la conception à l’usinage

GSTI vient de franchir une nouvelle étape dans son développement. Auparavant, l’entreprise était divisée en deux entités : un bureau d’études et une cellule commerciale. Depuis quelques mois, son dirigeant, Franck Gobert, a choisi de gérer en interne la production en créant son propre atelier.

Pascal Cochet succède àPaulette Berthélémy

Paulette Berthélémy est sans doute la chef d’entreprise la plus populaire de l’Audomarois. Son dynamisme et son franc-parler sont (re) connus de tous. Dans un domaine d’activité où les hommes sont rois – le terrassement et la démolition –, Paulette (c’est ainsi que chacun l’appelle) a su s’imposer. Maintenant, l’heure est venue de passer la main.

Une nouvelle corde à l’arcd’Ader initiative

Mettre le pied à l’étrier de créateurs ou repreneurs d’activité par le biais d’octroi de prêts d’honneur, telle est la vocation d’Ader initiative. Mais l’association souhaite élargir ses prérogatives. Après avoir instauré un système de parrainage des porteurs de projet, elle planche sur le développement de la responsabilité sociétale des entreprises.