Conseil en strat égie et marketing

Projexions, cabinet-conseilen… créativité

Comment se différencier en faisant du conseil
en stratégie et marketing ? Florence Bonduelle a
appliqué son principe d’action à elle-même : en
étant créative. Un état d’esprit qu’elle connaît
bien et dont elle veut faire profiter les
entreprises qui externalisent ces fonctions.

“L’externalisation du marketing peut rapporter gros aux PME qui n’en ont pas”, affirme Florence Bonduelle.
“L’externalisation du marketing peut rapporter gros aux PME qui n’en ont pas”, affirme Florence Bonduelle.

 

“L’externalisation du marketing peut rapporter gros aux PME qui n’en ont pas”, affirme Florence Bonduelle.
“L’externalisation du marketing peut rapporter gros aux PME qui n’en ont pas”, affirme Florence Bonduelle.

Le catalog u e So Home de La Redoute, c’est elle. “C’était le premier catalogue de linge de maison haut de gamme en VPC, raconte Florence Bonduelle. En 2004, il venait compléter l’offre d’AM.PM, avec des produits raffinés, de très bonne qualité, mais avec des prix abordables.” Elle en avait eu l’idée après avoir acheté 1 000 m de lin pour coudre des centaines de nappes vendues dans son entourage au cours de son congé de maternité. Un savoir-faire qu’elle a pu mettre en oeuvre et développer lors de la création du catalogue. “Nous partions de zéro. Il fallait tout créer : chercher des fournisseurs, trouver les bons produits, en faire des gammes cohérentes… et un catalogue complet.

De la déco à la création d’entreprise. Lorsqu’elle quitte La Redoute après plus de 15 ans de services et une petite dizaine de catalogues So Home (qui seront arrêtés par la suite), l’idée de monter sa propre structure lui passe par la tête. Elle la confirme en se faisant conseiller par le cabinet BPI : elle reste bien dans son champ d’expertise de stratégie et marketing, mais elle l’élargit à la communication. Pour consolider ses atouts, Florence Bonduelle suit alors la formation du CPA. Elle crée sa société en avril 2010.
L’audit d’une société de décoration pour le CPA en 2009 lui avait donné un avant-goût des missions qu’elle souhaitait mettre en place pour les entreprises. “Il y avait un directeur commercial, mais pas de responsable marketing. J’ai donc été en charge de ce rôle, pendant un an, avec pour but de créer une stratégie marketing multicanale avec la création d’un site web. J’ai aussi créé des modules de communication et organisé la conférence de presse pour présenter l’ensemble du projet aux journalistes”, raconte la consultante.

Une vision élargie du conseil. Elle consolide ses points forts au cours de cette expérience décisive : amener de la créativité, proposer des idées. “Ce qui est intéressant dans l’externalisation du marketing, c’est le regard neuf et donc le recul qu’on a sur une entreprise et un marché. Je suis là pour détecter les signes faibles et les transformer en potentiel, pour imaginer les produits de demain et la façon de les vendre. Mon rôle est aussi de stimuler les énergies, de donner l’impulsion pour avancer”, ajoute-telle.
Elle se décrit volontiers comme un chef d’orchestre extérieur qui sait s’entourer d’autres experts si nécessaires. Souplesse et réactivité se traduisent aussi par des formes de missions adaptées à l’entreprise. “Elles peuvent être ponctuelles ou réparties sur plusieurs jours ou une période dans l’année (c’est moins cher qu’un poste fixe). Elles peuvent remplacer la direction marketing ou l’épauler quand il y en a une”, précise-t-elle. Si la décoration est son coeur de métier, elle sait aller au-delà. Un client fabricant de stores l’a fait passer du côté bricolage et industriel. “Je sais mettre les mains dans le cambouis, je l’ai fait pendant 20 ans. Que ce soit des nappes, des stores ou des soupes, le processus de création est toujours le même”, insiste Florence Bonduelle. La diversité est l’autre atout de cette tête chercheuse de tendances, curieuse par nature. Propriétaire d’une ferme qui applique les principes durables de l’agriculture de conservation, elle pense aussi à transmettre son expertise sur ce sujet.