Les 2es Jeux mondiaux des sports de l’esprit réunissent 3 000 joueurs à Lille

Quelque 115 pays sont représentés à cette compétition qui rassemble les meilleurs joueurs mondiaux de bridge, d’échecs, de go et de dames du 9 au 23 août à Lille Grand-Palais.

José Damiani, le président de l’association internationale des sports de l’esprit (IMSA), au milieu des médaillés au jeu d’échecs chinois…
José Damiani, le président de l’association internationale des sports de l’esprit (IMSA), au milieu des médaillés au jeu d’échecs chinois…
José Damiani, le président de l’association internationale des sports de l’esprit (IMSA), au milieu des médaillés au jeu d’échecs chinois…
José Damiani, le président de l’association internationale des sports de l’esprit (IMSA), au milieu des médaillés au jeu d’échecs chinois…

Alors que les “JO du muscle” tiraient à leur fin à Londres, les “JO des neurones” ont commencé à Lille. Ce que des participants ont appelé abusivement les “JO des neurones” sont les Jeux mondiaux des sports de l’esprit. Abusivement car ces jeux, contrairement à ce que l’on pourrait penser, ne sont pas à proprement parler des Jeux olympiques, appellation protégée par le Comité international olympique. Même si les fédérations de certains jeux tel le bridge sont affiliées au CIO, l’association internationale des sports de l’esprit (IMSA), à l’origine de cet événement, ne l’est pas encore. Il n’empêche que 115 pays et des centaines de fédérations prennent part aux Jeux mondiaux des sports de l’esprit. Bien que ne faisant pas partie des Jeux olympiques, l’événement, qui en est à sa 2e édition, tente de coller au rendezvous planétaire du CIO. La première édition s’était tenue en 2008 à Pékin, la ville qui avait accueilli la 29e Olympiade de l’ère moderne. Rio qui organise les JO de 2016 est candidate pour accueillir la même année les prochains Jeux mondiaux des sports de l’esprit. Cette 2e édition qui se tient du 9 au 23 août 2012 devait d’ailleurs se tenir en Angleterre. Mais la ville anglaise initialement choisie s’est désistée et au final c’est sur Lille que les organisateurs ont jeté leur dévolu. Une aubaine pour la capitale nordiste car “un euro investi à Lille c’est huit dans la métropole lilloise”, disait Frédéric Lambin, ancien président de Lille Grand-Palais.

Rien que des “jeux de stratégie”. Les sports de l’esprit représentés sont au nombre de cinq : le bridge, le go, les échecs, les échecs chinois et les dames. Les jeux de lettres tels que le scrabble sont exclus en raison de la barrière linguistique. Il en est ainsi aussi de jeux qui font intervenir le hasard. “Les jeux acceptés sont les jeux de stratégie”, explique Jean- Claude Schupp, secrétaire général de l’IMSA dont le siège se trouve à Paris.

En l’absence de l’élite mondiale des jeux d’échecs à cette édition, c’est le bridge qui l’emporte largement pour le nombre de joueurs à Lille Grand- Palais : plus des deux tiers des quelque 1 200 participants venus à Lille jouent au bridge. Les premiers champions distingués l’ont été dès le 11 août pour les échecs chinois. Sans surprise, les six médaillés dans les catégories “hommes” et “dames” sont des Chinois.

En 2008 à Pékin, les Français avaient été médaillés en bridge dans la catégorie “junior”. Il est questi

on d’organiser les Jeux mondiaux des sports de l’esprit non plus tous les quatre ans mais tous les deux ans.