Habitat social

Maisons et Cités rénove et implique les résidents

Le bailleur Maisons et Cités vient de terminer un programme de rénovation plutôt original sur la cité 1940 de Libercourt. Les habitants ont été impliqués et un livre édité. Explications.

252
Le programme de rénovation a été l’occasion de réaliser un livre et d’impliquer les habitants, petits et grands.
Le programme de rénovation a été l’occasion de réaliser un livre et d’impliquer les habitants, petits et grands.

 

Le programme de rénovation a été l’occasion de réaliser un livre et d’impliquer les habitants, petits et grands.
Le programme de rénovation a été l’occasion de réaliser un livre et d’impliquer les habitants, petits et grands.

Faire de la rénovation, c’est une chose que tous les bailleurs sont en mesure de faire, mais le faire d’une manière originale en y impliquant largement la population est beaucoup moins évident. Ainsi, rares sont les plans de rénovation de résidences et de cités qui mettent à contribution les habitants. Maisons et Cités, le plus gros bailleur social de la région, a réussi ce pari ambitieux à Libercourt, dans le cadre d’un important chantier de réhabilitation de la cité 1940.
La cité minière avait en effet, 72 ans après sa construction, besoin d’une grosse mise aux normes actuelles. Un plan de rénovation de plus de 16 millions d’euros, lancé courant 2011, aura permis de lui donner une nouvelle jeunesse pour le bien-être et le confort de ses habitants. “Le projet consistait à montrer qu’il est possible de rénover différemment en impliquant la population”, explique Grégory Roussel, responsable des relations presse. Ainsi, outre les rénovations classiques des sanitaires, le changement des huisseries, la réfection de la toiture, l’isolation et autres plâtreries, la cité a bénéficié d’un travail soigné de ses voiries et abords.

Un livre, une lecture. Dans le cadre de ce programme de rénovation, Maisons et Cités a fait appel à Richard Baron, auteur photographe. Celui-ci a suivi l’avancement des travaux pendant toute une année. Parti à la rencontre d’une population qu’il ne connaissait pas et de lieux pleins de symboles de vie, le photographe a fait un gros travail : photos d’avant-rénovation, pendant le chantier et à l’issue de ce programme pour la cité 1940, il a ainsi collecté des portraits et des fragments de la vie quotidienne.
Dans un second temps, les photos ont été confiées à l’écrivain Olivier de Solminihac qui s’en est inspiré pour imaginer dix nouvelles littéraires. Enfin, un livre a été réalisé avec les photos et les textes. Cet ouvrage, baptisé Un rideau d’arbres, a fait l’objet d’une présentation et d’une lecture avec les enfants des écoles et les habitants de la cité. L’occasion pour tous de revivre une année de travaux et d’être impliqués dans le programme de rénovation jusqu’à son aboutissement.
L’expérience a été enrichissante tant pour Maisons et Cités que pour les habitants de la cité 1940 de Libercourt. D’ailleurs, il n’est pas exclu que le groupe renouvelle l’expérience, sous cette forme ou une autre, dans les années à venir.