Bureaux : le marché métropolitain se tient

Faute de preneurs pour des surfaces supérieures à 1 000 m2, ce sont les «petits» utilisateurs qui animent le marché métropolitain des bureaux. Preuve de l’attentisme des uns et des besoins des autres. Si les premiers, grands groupes et administrations, concrétisent leurs projets, l’année 2012 aura fait mieux que résister à la crise.

12
Vous devez être connectés pour visualiser cet article