Wattignies : un chantier rare dû à une large concertation

L’habitat nouveau s’appuie sur une église abandonnée !

C’est un chantier peu ordinaire qui s’est achevé à Wattignies, dû à la collaboration entre la Ville, le bailleur Habitat du Nord, le cabinet Atlante architectes et l’entreprise Scarna constructions. Cette opération aura demandé une technicité particulière, remarquable même.

D.R.
Une réalisation que l’on ne verra pas tous les jours !

Dans le quartier de l’Arbrisseau à Wattignies, entre Lille et Seclin, trône une église fermée depuis longtemps. Habitat du Nord, maître d’ouvrage, mais aussi la Ville, s’interrogent : démolir, conserver cette église pour l’intégrer au futur ensemble de logements…
Fermée depuis 2007 par sécurité, sa toiture risquait de s’effondrer. Plus de 100 ans après sa construction, l’église de l’Arbrisseau était restée à l’abandon. En 2010, le diocèse de Lille revend l’église ainsi que le terrain au bailleur Habitat du Nord pour y construire des logements sociaux. Mais la ville de Wattignies surprend tout le monde, dans le bon sens, en s’appuyant sur l’avis d’un expert architecte, qui est de conserver le pignon avant de l’édifice religieux. Située au fond d’une toute petite rue, cette façade s’intègre parfaitement à l’ergonomie générale du quartier et à son histoire puisque, pendant plus d’un siècle, elle a fait partie de la vie du quartier.
Il y a aussi des raisons pratiques à cette louable décision. En conserver une partie évite une transformation trop brutale des lieux. En passant au loin, on pourrait presque croire que l’église est toujours là… Aujourd’hui, s’appuyer sur le patrimoine local devient une quasi-obligation. Le reste de l’édifice, trop fragilisé, a quant à lui été démoli pour permettre la construction de 17 logements neufs ; un 18sera opportunément aménagé dans le pignon conservé. On peut ajouter que les nouveaux règlements d’urbanisme durable recommandent aujourd’hui, quand c’est faisable,la réhabilitation plutôt que la construction, en particulier dans le bâti ancien. Cette incitation a été scrupuleusement respectée dans le cas qui nous intéresse.

Des difficultés de chantier surmontées. Le chantier aura duré près de deux ans, avec quelques phases délicates comme le comblement des catiches en sous-sol (anciennes carrières romaines de craie qui fragilisaient le terrain et qui pullulent au sud de Lille) ou encore − beaucoup plus délicat et onéreux − le désamiantage des ardoises de la toiture. Bref, l’ancienne église fait aujourd’hui place à une résidence flambant neuve de 18 appartements (du T2 au T4). Répartis sur trois niveaux, ils accueillent à la fois des personnes âgées dans les logements du rez-de-chaussée, majoritairement adaptés aux personnes à mobilité réduite, et des jeunes couples ou familles avec enfants aux étages. Installés depuis décembre 2012, les habitants peuvent jouir du confort offert par les équipements de cette résidence sécurisée puisque comportant portail électrique donnant accès au parking, balcons pour les appartements situés aux étages, etc.
Montant total des travaux : 2,6 M€. L’opération a bénéficié de subventions de LMCU, du 1% Vilogia entreprises et Solendi, et de prêts de la Caisse des dépôts .

 

 

 

D.R.
Une réalisation que l’on ne verra pas tous les jours !