Les lauréats 2013

Une nouvelle promotion au Réseau Entreprendre® Nord

43 entrepreneurs, 32 projets (20 créations, 12 reprises), la nouvelle promotion 2013 du célèbre réseau métropolitain a été dévoilée et mise à l’honneur le 17 septembre sur le salon Créer. Nous en avons rencontré quelques-uns.

469
D.R.
La promotion 2013 : seules 4 femmes en font partie !

Ocazoo. Fin 2011, Arnaud Comyn et Edouard Villain lancent ce service de petites annonces spécialisé dans les matériels professionnels d’occasion. Véritable «bon coin  des pro, www.ocazoo.fr référence déjà plus de 11 200 produits. «Mes parents entrepreneurs avaient besoin d’acheter un chariot élévateur et ils s’arrachaient les cheveux ! C’est comme cela qu’est née l’idée du site», se souvient Arnaud Comyn. Du BTP à la restauration, www.ocazoo.fr couvre le monde professionnel dans son intégralité. Avec un détail de taille : chaque annonce est relue et validée pour éviter tout risque d’escroquerie. Elle est aussi automatiquement relayée sur une vingtaine de sites partenaires B to B. Depuis un an, les chiffres explosent : plus de trois millions d’annonces ont été consultées et le site gagne 20% de trafic chaque mois. Vendu en moyenne 50% moins cher que le neuf, l’occasion connaît un franc succès, notamment en temps de crise. «Aujourd’hui, les entreprises ont moins de visibilité sur les investissementsL’occasion n’est plus synonyme d’obsolescence. Et, sur le moyen terme, la location de matériel coûte très cher», précise Arnaud Comyn. Les deux associés espèrent agrandir l’équipe en embauchant six personnes courant 2014.

Malip. Après avoir connu des déficits successifs en 2011 et 2012, Malip remonte tranquillement la pente, notamment grâce au dynamisme de son repreneur, Jérôme Barrier. Avec ses 49 salariés, la société Manufacture linselloise de plastique s’est exilée à Tourcoing pour poursuivre son activité de transformation de plastique souple. Quand cet ex-directeur général à la CCI Grand-Lille reprend la société en janvier 2012, on ne peut pas vraiment dire qu’elle est au top de sa forme… «Notre premier marché était le sac à crochet pour les industriels du textile. Ce n’est plus notre cœur d’activité depuis une dizaine d’années, Malip s’est donc diversifiée pour survivre», explique-t-il. En élargissant sa base clientèle (450 clients en B to B) et en développant une activité de négoce d’outils de rangement de la maison, l’entreprise utilise des technologies multiples qui en font sa force. «Redresser Malip est une vraie motivation. Bien sûr, ça m’a fait peur, mais ça m’a aussi excité. L’industrie française n’est pas crépusculaire et ne va pas dans le mur. Je suis originaire de Vendée et à mon arrivée ici, j’ai senti un désamour pour ce secteur d’activité alors qu’il y a de belles entreprises dynamiques», poursuit le lauréat 2013. Six mois après la reprise, Malip ne perd plus d’argent. Un signe plus qu’encourageant pour cette société née en 1961.

 

D.R.
La promotion 2013 : seules 4 femmes en font partie !

Plibat.Toujours dans l’industrie, ce spécialiste de la tôlerie fine basé à Mouvaux, repris en 2012 par Jean-Pascal Decherf, découpe, plie, poinçonne et soude de l’acier, de l’aluminium et de l’inox au service des professionnels du bâtiment, de l’industrie, des agenceurs de magasin ou des fabricants de menuiserie métallique. Entourage de fenêtres, habillage de bardage, les pièces usinées par Plibat sont commandées en fin de chantier, une contrainte qui nécessite une très forte réactivité. «Nous avons un délai de commande à quatre jours», confirme Jean-Pascal Decherf, à la tête de 20 salariés, dont un tiers a plus de 25 ans de boutique. En 2012, Plibat a réalisé un chiffre d’affaires de 3 millions d’euros.