A Lens

L’Institut des métiers d’art et du patrimoine officiellement présenté

L’Institut des métiers d’art de Lens a été officiellement présenté au Louvre-Lens. Ses missions consisteront à promouvoir la filière et à l’animer. A terme, elle bénéficiera de locaux à proximité du musée. La présentation de l’IMAP a aussi donné lieu à un focus sur les entreprises régionales labellisées «Entreprises du patrimoine vivant».

778
ACT'Presse
Daniel Percheron est l'une des chevilles ouvrières de la mise en place de cet institut de promotion de la filière en Nord-Pas-de-Calais

Cela faisait plusieurs années qu’on en entendait parler. La dynamique créée par l’arrivée du Louvre-Lens a amené les acteurs régionaux à réfléchir à la mise en place de nouvelles filières d’excellence et économiquement viables. Cela s’est déjà traduit par l’ouverture d’un pôle numérique culturel.
Le deuxième acte concerne les métiers d’art en région et le lancement officiel de l’Institut des métiers d’art et du patrimoine. «Une étude a prouvé le potentiel régional de ce secteur d’activité. Elle a aussi permis de mettre en avant la richesse et la complexité de ce secteur, tout en mettant le doigt sur son manque de structuration», a indiqué Alain Griset, président de la Chambre régionale des métiers et de l’artisanat.
«La réflexion s’est poursuivie entre la Région, la communauté d’agglomération de Lens-Liévin, la Chambre des métiers et de l’artisanat  et la Chambre de commerce et d’industrie de région pour aboutir à la création de l’IMAP», a poursuivi le président Griset. Rapidement, le Crédit agricole Nord de France, présent dans toutes les opérations de développement régional, s’est associé en tant que mécène principal.
L’Institut des métiers d’art et du patrimoine est officiellement né le 20 juin 2013, lors de la signature officielle de ses statuts par les quatre promoteurs. Ses missions sont de «développer une offre de formation dans le domaine, favoriser la transmission des savoir-faire, promouvoir les entreprises des métiers d’art par le biais d’actions commerciales communes ou d’actions de communication, comme les Journées européennes des métiers d’art», a expliqué Alain Griset.
Pour mener à bien ses missions, mais aussi fédérer l’ensemble des acteurs du monde de l’art (entreprises, designers, musées…), l’IMAP devrait d’ici quelques mois intégrer des locaux à proximité du Louvre-Lens. En attendant, l’IMAP a nommé Margherita Belzerani directrice, chargée de l’animation du réseau et  de la mise en place des actions de l’Institut, dont la première a été la présentation des entreprises labellisées «Entreprises du patrimoine vivant».

ACT'Presse
Le lancement officiel de l'Institut des métiers d'art et du patrimoine s'est déroulé au Louvre-Lens.

Entreprise du patrimoine vivant. Mis en place par l’Etat pour distinguer des entreprises françaises aux savoir-faire artisanaux et industriels d’excellence, le label «Entreprise du patrimoine vivant» (EPV) est attribué pour une période de cinq ans. Il rassemble des entreprises attachées à la haute performance de leurs métiers et de leurs produits.
Il s’agit de la première distinction d’Etat à laquelle les entreprises peuvent prétendre pour faire reconnaître l’ensemble de leurs activités. «Le label étant attribué à l’entreprise elle-même, il permet de récompenser l’ensemble du personnel et pas uniquement son dirigeant», a précisé Margherita Belzerani.
A l’échelle régionale, il y a 31 EPV, qui représentent 1 593 emplois pour un chiffre d’affaires cumulé de 167 millions d’euros. La plus ancienne est la distillerie Persyn, créée en 1912 ; la plus importante, l’entreprise Fremaux-Delorme (426 salariés).
Pour prétendre à ce label, les entreprises doivent détenir un patrimoine économique spécifique, mettre en œuvre un savoir-faire rare reposant sur la maîtrise de techniques traditionnelles ou de haute technicité.