Spécial Téléphonie & IT d'entreprises

Accéder à Internet à tout prix

Aujourd’hui, accéder à Internet et, mieux encore, au haut débit est devenu plus qu’indispensable pour les entreprises. Il leur permet d’échanger des données, mais aussi d’être visibles dans le monde entier. Mais encore faut-il pouvoir y avoir accès. Point sur les différentes technologies à disposition pour accéder à Internet en haut débit.

ACT'Presse
Accéder à Internet en haut débit est aujourd’hui devenue une chose indispensable pour les entreprises. Plusieurs solutions techniques sont possibles de l’ADSL aux réseaux mobiles en passant par la fibre optique.
D.R.
Accéder à Internet en haut débit est aujourd’hui devenue une chose indispensable pour les entreprises. Plusieurs solutions techniques sont possibles, de l’ADSL aux réseaux mobiles, en passant par la fibre optique.

En 2014, l’accès à Internet haut débit, voire très haut débit, devrait être possible à tout le monde. Or, à en croire les discussions de certains chefs d’entreprises implantées sur certaines zones d’activité, c’est loin d’être le cas. Certaines sociétés peinent à accéder au haut débit et ont encore des débits frôlant à peine les 56 kbit : pour faire simple, le débit d’un vieux modem branché sur une ligne téléphonique, chose que nous connaissions il y a 15 ans.
Aujourd’hui, le plus facile pour se connecter à Internet reste la paire de cuivres de la prise téléphonique. Les abonnements ADSL sont devenus bon marché pour des débits pouvant atteindre jusqu’à 100 mégabits avec la technologie VDSL (ndlr : accessible uniquement à moins d’un kilomètre d’un central téléphonique), de la téléphonie sur IP (Internet Protocole), généralement délivrée par une box en wifi, qui permet de créer très facilement un petit réseau domestique ou pour une petite entreprise.
Plus raisonnablement, avec une connexion ADSL classique (débit allant de 3 à 20 mégabits), il est déjà possible d’avoir un confort d’utilisation pour les applications les plus courantes.

Câble et fibre optique. Autres solutions techniques réservées aux zones urbaines denses et à certaines zones d’activité, la connexion par l’intermédiaire d’un réseau câblé ou de la fibre optique. C’est de loin la solution qui permet d’obtenir les meilleurs débits et une qualité de connexion sans décrochage.
Avec une connexion très haut débit par fibre optique, il est possible d’atteindre un débit montant théorique de l’ordre de 100 mégabits et de 10 mégabits en descendant. Sur certaines zones, il est même possible d’atteindre les 10 gigabits.
Une connexion fibre optique est particulièrement recommandée pour l’échange de gros fichiers de type plans, fichiers vidéo ou encore photographies en très haute définitions et trouve tout son sens pour les entreprises.

D.R.
Les entreprises implantées dans des zones non éligibles à l’ADSL peuvent se connecter par l’intermédiaire des réseaux mobiles ou encore à l’Internet par satellite.

Réseaux mobiles. Les oubliés de l’ADSL ne le sont pas forcément par les réseaux mobiles. Avec la généralisation de la 3G et, depuis quelques mois, le développement de la 4G, les débits mobiles ont fortement progressé.
Avec une clé 3G/4G, l’utilisation de l’Internet est relativement facile. Seul bémol, le fair use (quantité de données échangées) est limité à 20 ou 30 gigas pour les forfaits les plus généreux. Au-delà, les débits sont bridés et les dépassements coûtent assez cher.
Un forfait 4G sera donc à réserver à des usages classiques, consultation et envoi de données, mais s’avérera limité pour les entreprises qui ont besoin d’échanger beaucoup de données.  

 

Satellite. Il reste, sur le territoire national, mais aussi à l’échelle de la région, des zones dites blanches dans lesquelles aucune connexion à l’Internet haut débit n’est possible par l’intermédiaire du réseau de l’opérateur historique.

Dans ces zones souvent en rase campagne ou en zone montagneuse, les réseaux mobiles ne sont pas plus développés. Plusieurs solutions techniques sont aujourd’hui disponibles avec des forfaits répondant à la plupart des usages. Seul petit bémol avec ce type de connexion, le coût de l’équipement qui est plus important, tout comme le délai de latence plus long pour envoyer ou recevoir les informations. Il n’en reste pas moins que la technologie satellite est aujourd’hui très fiable et qu’elle permet d’accéder à des débits théoriques de l’ordre de 20 mégabits par seconde, soit bien plus que la plupart des connexions ADSL  les plus courantes.