Alimentation durable

L’Etat et la Région autour de la même table

Première en France, le CRALIM sera coprésidé pour coordonner les dispositifs et les projets.

Constatant la complémentarité des politiques qu’ils conduisent depuis plusieurs années pour une alimentation durable et de qualité, l’Etat et le conseil régional Nord-Pas-de-Calais ont décidé d’aller plus loin dans l’articulation de leurs dispositifs au bénéfice des projets qu’ils accompagnent, en décidant de coprésider le Comité régional pour l’alimentation (CRALIM). Une première en France.

Initialement présidé par le préfet de région, ce Comité, en charge du pilotage des actions régionales relevant de la politique nationale de l’alimentation, est lieu d’échange et de débat pour l’ensemble des acteurs de l’alimentation (collectivités locales, organisations professionnelles, acteurs économiques de la production et de la transformation −agriculteurs, PME, socio-professionnels…).

 Un sujet de société. Cette décision a été officialisée lors du Forum régional de l’alimentation durable le 27 juin au siège de la Région, avec l’installation de cette nouvelle gouvernance alimentaire régionale, partagée entre l’Etat et la Région, en impliquant l’Agence régionale de santé (ARS), l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME), les Conseils généraux et les collectivités locales, dont l’objectif principal est de construire ensemble une politique de l’alimentation durable, associant les citoyens et acteurs du système alimentaire. Ce partenariat renforcé entre l’Etat et la Région apportera plus de cohérence dans la mise en œuvre des politiques publiques et débouchera sur une feuille de route fixant les axes de travail communs prioritaires.
L’alimentation est un sujet de société de premier plan qui recouvre des problématiques diverses : permettre l’accès de tous à une nourriture de qualité, consolider et promouvoir un modèle alimentaire français durable, maintenir des liens sociaux et rapprocher producteurs et consommateurs, garantir la sécurité des aliments, préserver nos productions agricoles et agroalimentaires et les emplois qu’elles génèrent, le tout en garantissant la protection des ressources naturelles et en contribuant à la lutte contre le réchauffement climatique. Face à ces enjeux, la nouvelle politique régionale de l’alimentation constitue une force d’intervention publique fédératrice et partenariale.