Victoires des autodidactes

Philippe Lallier, naissance et croissance d’un succès

Ancien fonctionnaire de police, Philippe Lallier est aujourd’hui, avec sa société la Centrale des multiples, à la tête d’un des plus importants sites de produits pour bébé. Ce succès s’explique par le regard particulier de l’entrepreneur et ses méthodes originales.

Philippe Lallier, ancien fonctionnaire de police, est à présent à la tête d'un groupe comptant près de 100 collaborateurs.
Philippe Lallier, ancien fonctionnaire de police, est à présent à la tête d'un groupe comptant près de 100 collaborateurs.

 

Philippe Lallier, ancien fonctionnaire de police, est à présent à la tête d'un groupe comptant près de 100 collaborateurs.
Philippe Lallier, ancien fonctionnaire de police, est à présent à la tête d'un groupe comptant près de 100 collaborateurs.

Philippe Lallier ne semblait pas véritablement destiné à devenir le chef d’entreprise qu’il est aujourd’hui. En 1985, après son service militaire, il devient fonctionnaire de police. Neuf ans plus tard, ses jumelles, Lisa et Clara, voient le jour et c’est cette naissance qui va faire germer son projet original d’entreprise.

En 1995, c’est d’abord dans le milieu associatif que Philippe Lallier crée une structure d’achats, dans le cadre d’un organisme dédié aux parents de jumeaux et plus. Pourquoi ne pas fonder sa société ? «Il y avait un manque pour les parents multiples et un marché à conquérir», explique l’entrepreneur. C’est ainsi que la Centrale des multiples apparaît en 1997 à Saint-Martin-Boulogne (Pas-de-Calais) et cela marche ! Bientôt, en 2000, Phillipe Lallier quitte la police pour se consacrer pleinement à son nouveau travail, celui de chef d’entreprise.

Un tempérament de fonceur. «Etre autodidacte, c’est à la fois un avantage et un désavantage : on aborde les choses d’une façon différente, on a un vrai esprit d’entrepreneur, sans cadre, mais il nous faut aussi tout apprendre» explique le PDG du groupe CDM, qui se décrit lui-même comme un fonceur.

Ainsi, l’ancien fonctionnaire de police n’hésite pas à lancer rapidement la construction d’un vaste bâtiment, établissant sa jeune société sur plus de 5 000 m2, zone de l’Inquéterie à Saint-Martin-Boulogne.

D’abord focalisée sur les jumeaux et triplés, CDM va bientôt élargir son champ d’action. «Les concurrents sont venus nous chatouiller, donc nous avons décidé d’aller sur leur terrain», raconte Philippe Lallier. Un choix que beaucoup jugeraient téméraire mais qui s’avère une nouvelle fois payant : avec ses sites de vente en ligne d’articles pour bébé peaudoucedirect.fr et allobebe.fr, créés en 2007, le groupe devient incontournable.

Allobebe.fr est ainsi devenu le premier site de vente de matériel de puériculture en France, avec plus de 800 000 visites mensuelles et 20 000 commandes. L’ensemble du groupe CDM a connu une impressionnante croissance en quelques années, rassemblant actuellement cinq magasins (Seclin, Bruay, Le Havre, Valenciennes et Strasbourg). En 2011, CDM comptait 44 salariés, avec un chiffre d’affaires de 17,6 millions d’euros. Cette année, le groupe compte pas moins de 100 collaborateurs et mise sur un CA de 27 millions d’euros.

Une fierté familiale. « Aujourd’hui on réfléchit beaucoup plus», concède Phillipe Lallier à propos de ses choix stratégiques d’antan. Car, pour le chef d’entreprise, être autodidacte nécessite de bien s’entourer : «maintenant que nous avons une véritable structure, on doit être bien conseillés dans chaque domaine : marketing, web…», précise-t-il.

Lorsqu’on l’interroge sur sa réussite, Philippe Lallier reste modeste et met en avant la fierté d’avoir donné une dimension familiale à cette réussite. «Je travaille avec mon épouse, mon fils Julien à la logistique et ma fille Anastacia. Les jumelles, Lisa et Clara, par qui tout a commencé, sont les seules à ne pas nous avoir rejoints en fait», s’amuse le chef d’entreprise.

Celui-ci souhaite à présent consolider sa structure actuelle, non sans méditer quelques projets à moyen et long terme. Avec près de 880 000 naissances en France tous les ans, CDM dispose d’un solide marché à sa portée, en particulier avec les nouvelles générations de jeunes parents accoutumés à Internet et ses modes de consommation. Bref, le bébé CDM n’a pas fini de grandir !