Spécialisée dans la surgélation de légumes

Pinguin Comines fait le pari de la compétitivité et de la pérennité

Après un premier investissement préalable et indispensable dans une station d’épuration, Pinguin Comines s’est équipée d’une nouvelle ligne de production à même de lui assurer un avenir durable au sein du groupe alimentaire flamand et international Greenyard Foods.

913
Des outils à la pointe de la technologie fabriquant une gamme de produits diversifiés.
Des outils à la pointe de la technologie fabriquant une gamme de produits diversifiés.
D.R.
De gauche à droite, Marleen Vaesen, CEO de Greenyards Foods, Daniel Percheron, Alain Detournay, Nicolas Fromentin et Vincent Ledoux.

Belle cérémonie transfrontalière, le 15 janvier à Comines Sainte-Marguerite, pour l’inauguration chez Pinguin Comines d’une nouvelle ligne de production entrée en fonctionnement le 6 novembre 2014 : Daniel Percheron, président du Conseil régional, Vincent Ledoux, vice-président développement économique et emploi de la MEL (Métropole européenne de Lille) et maire de Roncq, Alain Detournay, maire de Comines, y ont salué Nicolas Fromentin, directeur du site depuis huit ans, et Hein Deprez, président du conseil d’administration du groupe flamand, belge et international Greenyard Foods.

Tous ont pu se féliciter de l’investissement consenti et de la «belle leçon d’économie», évoquée par Daniel Percheron, qui a permis à cette ancienne distillerie, devenue au fil des ans conserverie puis site de surgélation à l’avenir un temps incertain, de conforter son devenir. Cette inauguration aura été l’occasion de rappeler les atouts de la région en termes de climat favorable à la culture légumière, de qualité et de fertilité des terres agricoles, de professionnalisme des agriculteurs. Ces atouts, a indiqué Hein Deprez, sont à «la base d’un cluster de producteurs de légumes surgelés, le plus important au monde avec sept sociétés familiales flamandes qui contrôlent près d’un tiers de la production mondiale».

Un peu d’histoire. C’est sur la période septembre 2011-juin 2013 que la coopérative bretonne Cecab a cédé son site de conditionnement de légumes surgelés de Comines (Sica Vallée de la Lys) à la société belge Pinguin NV, devenue en septembre 2013 Greenyard Foods − groupe agroalimentaire flamand organisé en deux divisions, Pinguin pour les légumes surgelés pour les deux tiers de l’activité et Noliko pour les conserves de fruits et légumes −, après s’être séparée de Lutosa, sa branche pommes de terre vendue à McCain. L’unité cominoise a alors intégré la business unit Flandre pour sa proximité avec les sites de Langemark et Westrozebeke en Flandre-Occidentale, près de Roulers, et la logique industrielle qui en découlait. S’en est suivi un plan stratégique très tourné vers les investissements nécessaires à la compétitivité. C’est ainsi qu’en 2013 le site cominois s’est retrouvé doté d’une station d’épuration, un premier investissement préalable à la réhabilitation d’un site fatigué dans sa partie production et à sa mutation technologique. Réfection des murs, sols et plafonds et lancement d’une nouvelle ligne de surgélation moderne ont été menés à bien en 2014 pour une mise en service en novembre.

Des outils à la pointe de la technologie fabriquant une gamme de produits diversifiés.
Des outils à la pointe de la technologie fabriquant une gamme de produits diversifiés.

Première tranche. Le groupe y a investi 8 M€, première tranche d’un projet qui en fait 12 au total et pour lequel il a obtenu, via le Conseil régional, une subvention FEDER de 1,2 M€. Une seconde tranche d’investissements, encore en discussion, est prévue pour le parage des légumes, l’adaptation de chaque entrée de ligne à la capacité du tunnel, la palettisation automatique des cartons. «Cette seconde tranche est moins essentielle en termes de timing. Aujourd’hui, on a fait 80% du chemin», s’est félicité Nicolas Fromentin.

En s’équipant d’un tunnel de surgélation doté de la technologie IQF qui permet de surgeler rapidement et individuellement chaque légume jusqu’à ce que son cœur atteigne une température de -18° C, Pinguin Comines augmente sa capacité de production à 45 000 t contre 30 000 t en 2013 avec trois tunnels et 35 000 en 2014, sur quatre principaux légumes (épinards, petits pois, haricots verts et carottes) transformés par cadencement saisonnier. La production se fait sur cinq jours et ce, 24 heures sur 24. L’approvisionnement du site en matières premières est régional auprès de 220 producteurs regroupés au sein de l’OPVL (Organisation de producteurs de la vallée de la Lys), qui rayonne sur quatre bassins (Picardie, Douai-Arras, Comines et Aire-sur-la-Lys) pour une superficie de 2 800 ha, hors les carottes achetées par ailleurs. Ratio logique dans le monde du surgelé, 70% de la production vont aux marques distributeurs, les 30% restants allant à la marque D’Aucy qui appartenait à l’ancien propriétaire du site.

Effectifs stables. Si ces investissements ont pour principales vertus d’avoir adapté technologiquement l’entreprise aux exigences du marché en la dotant d’un outil moderne et compétitif et de contribuer à répondre toujours mieux aux attentes des clients en termes de fraîcheur des produits, de qualité gustative et sensorielle avec un prix toujours plus compétitif, ils ont aussi pour qualité d’avoir permis de stabiliser l’emploi des 106 collaborateurs et même de leur «bâtir un avenir prometteur». Un exemple que le maire de Comines, Alain Detournay, aimerait voir se reproduire sur son territoire avec le projet d’installation sur 5 ha de l’usine Jean Caby.