A Calais, la suite du feuilleton de la Scop et de MyFerryLink

Directoire et surveillance, entre attente et défiance

La révocation du directeur général adjoint de la Scop, Raphael Doutrebente, par ailleurs au même poste chez MyFerryLink, a déclenché une nouvelle tempête sur le Détroit , alors que Groupe Eurotunnel (GET) a entamé (depuis le 14 avril) ses négociations avec les candidats à la reprise de MyFerryLink et/ou de ses trois navires. En parallèle, le cour d’appel britannique peut rendre d’un jour à l’autre sa décision sur le recours de la Scop contre l’arrêt de la Competition Commission qui interdit au concessionnaire franco-anglais le transport sur fer et sur mer.

26
Vous devez être connectés pour visualiser cet article