ZOOM SUR LES CHIFFRES CLÉS DE LA FUTURE GRANDE RÉGION

Portrait d’un géant en devenir : le Nord‑Pas‑de‑Calais – Picardie

La fusion des deux régions va donner naissance à un poids lourd de l’économie nationale. Qu’on soit partisan ou opposant du rapprochement, il convient de dresser un portrait économique fidèle de cette entité qui rassemblera près de 6 millions d’habitants.

903
On retrouvera dans l’ensemble Nord-Pas-de-Calais et Picardie pas moins de 112 800 salariés dans le secteur du BTP.
On retrouvera dans l’ensemble Nord-Pas-de-Calais et Picardie pas moins de 112 800 salariés dans le secteur du BTP.
On retrouvera dans l’ensemble Nord-Pas-de-Calais et Picardie pas moins de 112 800 salariés dans le secteur du BTP.
On retrouvera dans l’ensemble Nord-Pas-de-Calais et Picardie pas moins de 112 800 salariés dans le secteur du BTP.

Au 1er janvier 2016, l’Hexagone ne comptera plus que 13 régions, en lieu et place des 22 actuelles. Alors que les débats sur leurs capitales et leurs dénominations font encore rage, les CCI Nord de France et de Picardie1 se sont penchées sur le nouvel ensemble Nord-Pas-de-Calais et Picardie qui s’étendra sur 31 813 kilomètres carrés et comptera 5,9 millions d’habitants (9,2% de la population globale du pays).

Poumon économique et industriel.
Troisième région française en nombre d’habitants (derrière l’Ile-de-France et Rhône-Alpes Auvergne), ce vaste territoire compte 1,4 million de salariés soit pas moins de 8 % de l’emploi salarié en France, dont beaucoup d’entre eux dans l’industrie. En effet, ce secteur d’activité rassemble plus de 285 000 salariés cumulés sur le Nord-Pas-de-Calais et la Picardie, concentrant 10 % des emplois français du secteur. Ce tissu industriel dense est un atout indéniable pour l’économie de la future région, qui sera la 5ème exportatrice de l’Hexagone en se basant sur les données de 2014 : 47,3 milliards d’euros d’exportations (11,1 % du total national). Situé à un carrefour de l’Europe, la future entité Nord- Pas-de-Calais et Picardie exporte vers ses proches partenaires : la Belgique (21,8 %), l’Allemagne (14,6 %) et le Royaume Uni (8,6 %). On retrouve en tête des produits exportés les productions sidérurgiques, chimiques de base et enfin la construction automobile. L’industrie est en bonne place dans ce palmarès des produits exportés mais elle n’est pas le seul atout de ce pilier de l’économie nationale de demain. Ainsi, l’industrie agroalimentaire nordiste se place au premier rang des régions françaises, toujours en terme d’exportations (12,5 % des ventes nationales) et au troisième en matière de chiffre d’affaires (9,1 milliards d’euros, soit 6,6 % du chiffre d’affaires national). Le nouvel ensemble sera une importante région agricole également.

Grande région agricole. La future région Nord-Pas-de-Calais – Picardie bénéficiera aussi des 700 000 hectares de cultures céréalières de la région picarde. Cette activité comptabilisera même un million d’hectares sur la totalité des territoires une fois la fusion effectuée.

Autant d’éléments qui feront de la grande région et de ses 26 860 exploitations, un ensemble prospère et productif avec un énorme potentiel. La zone pourra s’appuyer sur plusieurs champions régionaux du secteur agroalimentaire. On retrouve dans le Nord-Pas-de-Calais : Roquette Frères (2 886 salariés), Herta SA (938) et Moy Park France (586), tandis qu’en Picardie exercent Nestlé Grand Froid (645 salariés), Dailycer (400) et Nestlé France (365). À noter que le tissu économique de la future région ne se constitue pas uniquement des géants de l’agroalimentaire, il se compose aussi de 66 800 établissements dans la filière du commerce de détail, soit près de 8,8% des effectifs nationaux. Un réseau développé de commerces et de services apte à servir les habitants mais aussi les visiteurs de passage.

Attirer touristes et étudiants. En effet, le Nord-Pas-de-Calais et la Picardie disposent d’un secteur touristique solide avec 19 300 établissements employant près de 61 000 personnes. Un pôle conséquent qui peut compter sur de grands sites touristiques pour attirer des visiteurs comme : le Parc Astérix dans l’Oise (1 722 000 visiteurs en 2013), le Louvre-Lens dans le Pas-de-Calais (820 750) et la Cathédrale d’Amiens dans la Somme (638 998). Une région attractive pour les visiteurs mais aussi pour les étudiants puisque le Nord-Pas-de-Calais et la Picardie en rassemblent près de 208 000 (8,7 % des étudiants français) et près de 35 000 apprentis. Ainsi, beaucoup de jeunes se plaisent dans cet ensemble dynamique qui atteint un PIB global de 148,9 millions d’euros
À noter cependant que certaines études, à l’image de celle publiée récemment par France Stratégie2 , pointe le manque de cohésion de ces territoires bientôt réunis, en particulier les départements de l’Oise et de l’Aisne, davantage tournés respectivement vers l’Ile-de-France et la Champagne-Ardenne plutôt que vers le voisin nordiste. Il est clair qu’un travail d’intégration, dans les transports notamment, devra être entrepris afin que les politiques régionales de développement économiques soient efficaces. Des données et des enjeux qui, à n’en point douter, seront au coeur de la campagne afin de renouveler les 1 757 conseillers des 13 futures régions métropolitaines. Le scrutin aura lieu les dimanches 6 et 13 décembre.
1. Chiffres-clés 2015 – Nord-Pas-de-Calais – Picardie CCI Picardie et CCI Région Nord de France. Juin 2015.
2. La Note d’Analyse n°29 – Mai 2015 : “Réforme territoriale et cohérence économique régionale” par Arno Amabile, Claire Bernard et Anne Épaulard.