A Arques, la révolution américaine ?

Culture et performance dans l’industrie verrière

Six mois après sa reprise officielle par un pool d’investisseurs américains, Arc international a rouvert ses portes à la presse. Probablement plus vite que prévu si l’on en croit les premiers chiffres qui montrent un redressement de l’activité mais donnent aussi l’ampleur des changements à mener pour le trio des cadres dirigeants. Visite partielle de l’usine et discussion à bâtons rompus avec Timothée Durand, Didier Riebel et Tim Gollin.

17
Vous devez être connectés pour visualiser cet article