A Calais, le dénouement de l'affaire MyFerryLink

La donne change sur le transmanche

Libérés le 2 septembre dernier après plus de deux mois d’occupation, les navires Rodin et Berlioz d’Eurotunnel sont désormais dans les mains de DFDS avec qui Eurotunnel a signé un contrat afin qu’il remplace MyFerryLink, sa filiale maritime. Cet épisode clôt un dossier brûlant depuis la liquidation judiciaire de SeaFrance en janvier 2012. Au final, la SCOP des 487 marins et sédentaires s’en sort plutôt ien.

15
Vous devez être connectés pour visualiser cet article