Société Lestringuez à Beauvois-en-Cambrésis

Le Cambrésis, une terre de camping-cars !

En septembre 2012, la PME familiale avait ouvert un site entièrement dédié à ces véhicules symboles d’un nouveau tourisme. Nicolas Lestringuez ne le regrette pas.

D.R.
Nicolas Lestringuez représente la troisième génération. Fin août, l’entreprise familiale a organisé sa 2ème fête des camping-caristes.
D.R.
Nicolas Lestringuez représente la troisième génération. Fin août, l’entreprise familiale a organisé sa 2e fête des camping-caristes.

La société Lestringuez, c’est d’abord une entreprise familiale créée en 1973 et née dans le Cambrésis. Elle s’est développée principalement dans le domaine des caravanes, des camping-cars et de leurs «accessoires». L’entreprise, en SAS, compte aujourd’hui une quarantaine de salariés répartis sur trois sites : Beauvois-en-Cambrésis (le siège), Louvroil et Seclin. L’ouverture, à Beauvois, en septembre 2012, d’un site entièrement dédié aux camping-cars (showroom, parc extérieur, aire de services…) avait constitué un épisode de plus dans une histoire familiale commencée après la guerre dans le commerce et le loisir.

Il y a trois ans, l’entreprise a misé sur le succès de cette nouvelle façon de voyager et de faire du tourisme. «Aucun regret, explique Nicolas Lestringuez, directeur adjoint et petit-fils du fondateur. Si on ne l’avait pas fait, l’entreprise aurait sans doute connu des difficultés.»

Commerce et convivialité. A l’époque, le site était le seul du genre au nord de Paris. Nicolas Lestringuez ajoute : «Nous sommes aujourd’hui, dans la région, leader sur le marché de la vente des véhicules de loisirs.» Pour l’entreprise, la fin de l’été et l’automne sont des périodes particulièrement chargées. Depuis deux ans, elle organise, à Beauvois, une fête des camping-caristes. Bien sûr, il s’agit d’une opération commerciale – c’est une saison de reventes et d’achats −, mais le directeur adjoint souligne aussi le côté convivial et «communautaire» du rendez-vous. «Dans l’Ouest et le Sud-Ouest, les rassemblements permettant retrouvailles, échanges, autour d’animations, sont fréquents et les amateurs apprécient.» Viendront ensuite des rendez-vous plus professionnels : le Bourget fin septembre et Gayant Expo à Douai fin octobre.

Occasion et neuf. Nicolas Lestringuez, s’appuyant sur les chiffres des immatriculations, estime que l’occasion se porte bien avec une progression de 7% en douze mois (au 1er juin 2015). Une bonne moitié des transactions se font cependant de particulier à particulier. Côté véhicules neufs, les années 2013 et 2014 ont été marquées par une baisse des ventes mais avec des signes de reprise cette année. «Il y a eu ralentissement pour le neuf, des achats différés, mais le produit fait toujours rêver, on s’en rend compte. Si la clientèle pour le neuf reste plus âgée, retraitée, on voit de plus en plus d’actifs proches de la retraite s’y lancer pour tester. Et le marché de l’occasion attire, lui, de plus jeunes acquéreurs.»

Locations en plein boum. Signe de l’intérêt pour le camping-car : les locations. Depuis deux ans, l’entreprise a développé son parc pour atteindre huit véhicules. «On a été assailli, avec un pic en août et des demandes venues de tous les horizons. On loue, en général, pour une semaine… A 80%, les personnes louent parce qu’elles ont un projet d’achat à long terme et veulent tester la formule.»

La France est un «paradis». Le véhicule séduit toujours, dit Nicolas Lestringuez, qui estime que la France est un «paradis pour les camping-caristes». Par ses atouts touristiques, mais aussi par ses équipements d’accueil, ses guides spécialisés (sur les aires de service), au travers aussi du réseau France passion. «Evidemment, il y a des lieux à éviter en été, comme le littoral. Mais, d’une manière générale, quand on prépare bien son voyage, il n’y a aucune raison d’avoir des déconvenues.» Au passage, il note que le Cambrésis, qui comprendra bientôt huit aires d’accueil (avec celle de Caudry qui doit s’ouvrir à la rentrée), montre l’exemple en matière d’équipements. «Les amateurs aiment la ruralité et la tranquillité de notre secteur.»