Pop-up store à Paris

Dressing du monde à la conquête des Parisiennes

Fort de sa notoriété lilloise, Dressing du monde s’est exporté à Paris pour une durée d’un mois via une boutique éphémère. L’occasion pour la jeune créatrice de montrer toute l’étendue de sa marque et de tester le commerce parisien en vue d’une éventuelle installation définitive.

557
D.R.
La vitrine de la boutique épémere parisienne, ouverte jusqu'au 4 juillet.
D.R.
La vitrine de la boutique éphémère parisienne, était ouverte jusqu'au 4 juillet dernier.

Issue d’une école de commerce à Lille, Elise Touchon assure avoir été dès le plus jeune âge attirée par tout ce qui touche à la mode. « Après l’école, j’avais envie de créer une petite entreprise. Pendant mon cursus, j’ai travaillé pour des start-up de mode, mais je voulais aussi quelque chose de simple. C’est un domaine qui me plaît depuis longtemps. » Après un passage à la Maison de mode de Roubaix durant quatre mois, elle a l’opportunité d’y créer son site internet et son showroom pour présenter sa marque. Mais elle souhaitait également explorer de nouvelles choses, notamment à Paris. « Je voulais vraiment faire une sorte de test via un magasin éphémère. Il existe des créateurs du monde entier, et à Paris beaucoup ne sont pas encore connus. Ce que voulaient les créateurs avec qui je suis en contact, c’était d’avoir un point de vente physique et non uniquement sur Internet. » Le local parisien trouvé pour l’occasion représentait un espace de 45 m2 de surface de vente, permettant à la jeune femme d’exposer ses 250 références du 4 juin au 4 juillet derniers. « La surface de la boutique éphémère ne me permettait pas d’exposer tous les créateurs ; il y en avait douze sur une vingtaine, ce qui était déjà très bien !« 

 S’adapter aux clientes. Ses premières impressions ? « La clientèle est différente : à Roubaix elle est plus âgée, alors que sur Paris, il y a beaucoup plus de passage et souvent des jeunes cadres dynamiques. » De ce fait, Elise Touchon adapte ses collections à chaque environnement. « Les créateurs font leurs collections, et moi je choisis parmi ces pièces en fonction du style du vêtement, de son prix et sa qualité. Le petit plus de la marque, c’est de proposer des pièces à la fois originales, mais en même temps sobres et sophistiquées. » Pour le moment seule gérante de l’entreprise, elle déclare tout de même être aidée une bonne partie de la semaine par un vendeur et conseiller en image, qui lui permet de se concentrer sur les tâches plus administratives. Malgré tout, les semaines parisiennes furent chargées, avec une ouverture sept jours sur sept, de 10h à 20h, mais l’attractivité du magasin fut au rendez-vous. Par la suite, Dressing du monde envisage d’ouvrir une boutique, mais il faut pour cela « traduire le site internet en anglais et pouvoir livrer les vêtements à travers toute l’Europe pour toucher le maximum de clients« , conclut la jeune gérante.