SASU Defassiau dans l'Arrageois

Une reconversion réussie

Vincent Defassiau a changé de vie. Après 23 ans passés sur les routes d’Europe en qualité de chauffeur routier, il a décidé de devenir plombier chauffagiste. Une formation plus tard, il s’est lancé dans une activité tournée vers les particuliers et les collectivités. Ses premiers mois d’activité l’encouragent.

ACT'Presse
Dans le camion qu’il a aménagé à sa façon, Vincent dispose de tout le matériel nécessaire pour faire des interventions urgentes, des petites réparations...
ACT'Presse
Dans le camion qu’il a aménagé, Vincent Defassiau dispose de tout le matériel nécessaire pour effectuer ses différentes interventions.

Chauffeur routier international, c’est le métier que Vincent Defassiau voulait faire  tout petit. Seulement, après 23 ans sur les routes, «parti à la semaine, je n’ai pas vu grandir mes enfants, je ne pouvais pas faire de sport, encore moins m’occuper de la maison», résume-t-il.
En 2014, alors qu’il va avoir 43 ans, il prend sa décision du jour au lendemain. «Dix ans auparavant, je m’étais déjà posé la question. Je voulais changer de vie, j’aspirais à un métier plus manuel.» Un intérêt pour les métiers manuels qui lui vient de son père, passionné de modélisme, mais il n’était pas allé plus loin alors, par manque de confiance en lui : «Je n’ai pas le bac, ça m’a fermé beaucoup de portes et un peu découragé pendant un temps…» Vincent Defassiau profite d’un Fongecif pour suivre une formation de plombier chauffagiste. «J’ai été formé à l’AFPA de mars à décembre 2014 et suis titulaire du CAP d’installateur chauffagiste», indique-t-il.
À l’issue de sa formation, il pense alors à quitter son employeur, une entreprise de l’Arrageois, qui ne veut pas se séparer de lui. Il se fait donc licencier et doit se lancer sans solution intermédiaire.

ACT'Presse
Vincent Defassiau, après 23 années passées sur les routes de France et d’Europe, a créé une activité de plombier chauffagiste.

Fidéliser les clients. En février 2015, il se renseigne sur la création d’entreprise. Sur les conseils d’un ami, il se rapproche de la chambre des métiers et de l’artisanat d’Arras : «J’ai participé à une journée découverte et décidé de me lancer.»
Une fois son projet bien défini, le business plan accepté par le conseiller de la Chambre des métiers, «j’ai également dû suivre une formation en gestion, avant de pouvoir déposer mes statuts et officialiser la création de la SASU Defassiau». En octobre 2015, huit mois plus tard, tout est prêt pour démarrer l’activité.
Le créateur est seul et envisage de le rester le plus longtemps possible, sauf si «les demandes permettent d’avoir un salarié», justifie le chef d’entreprise. Son activité, Vincent Defassiau l’exerce sur un rayon de 50 kilomètres autour de son domicile de Berles-au-Bois, situé sur l’axe Arras-Doulens. Sa clientèle comprend des collectivités et une majorité de particuliers.  
Son activité a très bien démarré, des dépannages et entretiens de chaudières qui lui ont permis de se faire la main. «On m’a ensuite confié quelques chantiers intéressants : installation de chaudière, réalisation d’une salle de bains de A à Z.» Et de préciser : «Aujourd’hui, ce qui me prend le plus de temps, ce sont les devis.»
Satisfait de ses premiers mois d’activité, il doit se faire connaître pour décrocher plus de contrats, tout en fidélisant ses premiers clients, et ainsi pouvoir envisager l’avenir sereinement.