Fusion de la Métropole Européenne de Lille et de la Communauté de Communes des Weppes

Damien Castelain reconduit à la présidence de la MEL

Président de la Métropole Européenne de Lille depuis le 18 avril 2014, Damien Castelain a été très aisément reconduit dans sa fonction le 15 décembre 2016, une élection imposée dans le cadre de la fusion de la MEL avec la Communauté de Communes de Wappes.

© Richard Baron / Light Motiv
L'exécutif de la Métropole Européenne de Lille élu le jeudi 15 décembre 2016.

 

© Richard Baron / Light Motiv
L'exécutif de la Métropole Européenne de Lille élu le 15 décembre dernier.

Photo MEL © Richard Baron / Light Motiv

 

Il n’y a pas eu de surprise à la Métropole Européenne de Lille le 15 décembre, son président, Damien Castelain, pour le groupe Métropole Passion Communes, a été largement reconduit à la présidence avec 97,75 % des suffrages face au candidat Lille Métropole Bleu Marine (174 voix contre 4 et 4 votes blancs). En avril 2014, il avait obtenu 108 voix sur 179 face à deux candidats, Bernard Gérard (UMP – UDI, 62 voix) et Eric Dillies (FN, 5 voix).

Priorité à l’emploi et à l’économie. Rendue nécessaire par la fusion de la MEL (85 communes) avec la Communauté de Communes des Weppes (5 communes : Aubers, Bois-Grenier, Fromelles, Le Maisnil et Radinghem-en-Weppes) qui sera effective le 1er janvier 2017, cette élection a globalement reconduite l’équipe installée depuis 2014 à la gouvernance de la MEL, la plupart des vice-présidents et des conseillers communautaires délégués retrouvant son affectation à l’exception notoire du député de la 10e circonsription du Nord et maire de Roncq, Vincent Ledoux, plus démissionné que démissionnaire, jusqu’alors vice-président « Développement – Attractivité et Gouvernance économiques, Accompagnement des entreprises, Commerce de proximité et Emploi » et pour le coup redevenu simple conseiller communautaire au sein du groupe Métropole Communes Unies, confirmant ainsi son retrait du groupe Métropole Passions Communes.

Conséquence, « conformément à la priorité donnée à l’économie et à l’emploi », Damien Castelain a décidé « de conduire lui-même cette compétence avec le soutien d’un nouveau vice-président et d’un conseiller délégué », en l’occurrence Hubert Henno, désormais en charge de l’emploi, de l’insertion et de la jeunesse, et Frédérique Seels, en charge des relations aux entreprises, du rebond industriel, du commerce et de l’artisanat. Au-delà des arrivées de Michel Delepaul, ancien président de la CC des Weppes, et de Francis Delerue pour le GIDEC, il faut noter celle d’Anne Voituriez, maire de Loos-lez-Lille, au rang de vice-présidente au lieu de conseillère communautaire déléguée avec la même délégation « Plan de déplacement urbain et modes doux ».

Un mandat de grands projets. S’il a tenu à relever l’importance de la Métropole au travers notamment du nombre de ses fonctionnaires, 2 877 en augmentation de 140 courant 2017, Damien Castelain a une fois de plus indiqué que « nous ne subirons aucune pression de quiconque » et rappelé son « engagement de ne pas augmenter la fiscalité. » Se situant dans « la continuité du travail entrepris depuis deux ans et demi », il est revenu sur les grands projets du mandat, ceux déjà initiés comme la création de deux nouveaux sites d’excellence avec Euralimentaire et Blanchemaille, le déploiement du Très haut débit dans l’ensemble des communes, la nouvelle ligne de tramway entre les gares de Lille et l’aéroport de Lesquin, le nouveau Quartier du ballon, la nouvelle piscine olympique, le lancement de l’écobonus mobilité… pour mieux évoquer « de nouveaux défis (qui) nous attendent… » Et de « prendre date pour engager les réflexions nécessaires pour créer une police intercommunale des transports, pour installer une « Maison du développement économique et de l’attractivité » (MDEA), dans l’esprit d’une véritable agence de développement économique en réunissant les services de la métropole avec ceux de la chambre de Commerce et d’industrie et de Lille’s Agency, pour relancer l’extension des parkings relais saturés…