Ballester Sénéchal à Lomme

Retour aux sources pour le grossiste historique

Né dans les années 70, Ballester Sénéchal spécialisée dans le commerce de gros de fruits et légumes a été racheté en juin dernier par les enfants du fondateur. Une nouvelle page se tourne pour le grossiste plus que jamais entre de bonnes mains.

D.R.
X

 

 

D.R.
Delphine et Cédric ont repris le flambeau en juin dernier. Ballester Sénéchal commercialise chaque année 6 000 tonnes de fruits et légumes.


 

 

 

En juin dernier, Delphine et Cédric Sénéchal ont repris les rênes de l’entreprise familiale que leur père Francis et ses frères avaient fondé dans les années 70. D’abord installés aux Halles rue Solférino à Lille, la fratrie Sénéchal rejoint le MIN de Lomme à sa création en 1972. Ils font alors la rencontre de la fratrie Ballester, spécialisée dans l’activité de fruits avec qui ils décident de s’associer. « Ils ont uni leurs forces pour proposer une offre plus complémentaire, ils avaient des clients en commun au niveau régional. De là est né Ballester Sénéchal » raconte Cédric. Indépendant durant de nombreuses années, le grossiste de fruits et légumes est racheté par Fruits Expansion en 1993 puis passe sous giron Pomona de 1998 à 2016.

 

 

 

Rachat en juin 2016. Acheteur, responsable de vente puis responsable des achats pour la région Nord, Cédric Sénéchal a travaillé 14 ans pour Pomona. « De 2012 à 2015, j’étais même responsable de l’activité de Ballester Sénéchal. Quand j’ai su que le fonds de commerce était à vendre, j’en ai discuté avec à ma sœur qui voulait se reconvertir professionnellement » se rappelle le fils du fondateur. Delphine quitte alors la communication-marketing et signe officiellement en juin avec son frère. Depuis le rachat, le duo d’entrepreneur avance étape par étape avec plusieurs objectifs en tête : « Pérenniser le fonds de commerce et assurer sa continuité, rassurer les fournisseurs, producteurs locaux et le personnel ». Ballester se positionne aujourd’hui comme un acteur important du MIN à Lomme. Le grossiste qui emploie 15 salariés entend attirer de « nouveaux fournisseurs, de nouvelles marques et de nouveaux produits afin de proposer la gamme la plus complète douze mois sur douze. La largeur de gamme est très bonne mais il reste des produits où nous ne sommes pas suffisamment armés » indique le nordiste.

 

 

 

6 000 tonnes annuelles commercialisées. Chaque jour, 20 à 50 tonnes de fruits et légumes sont livrés au dépôt lommois. Au total, 6 000 tonnes sont commercialisées par an, « un tonnage qui nous place dans la moyenne du marché » estime le chef d’entreprise qui privilégie « la qualité des fruits et légumes avant la quantité ». La clientèle de Ballester Sénéchal est essentiellement composé de spécialistes, primeurs, petits commerçants, restaurants… Le grossiste compte en moyenne 350 références de fruits et légumes. Le chiffre d’affaires prévisionnel est estimé à 8,5 millions d’euros, un objectif que le grossiste nordiste devrait atteindre sans difficulté. « Notre premier semestre est très encourageant, mais il faut continuer à travailler et à mettre l’accent sur la saisonnalité » En réalisant 10% du CA à l’export, la Belgique est une piste que les nouveaux repreneurs aimeraient davantage explorer. « La situation géographique du MIN de Lomme est idéale. Notre zone de chalandise s’étend de l’agglomération lilloise à l’agglomération bruxelloise soit un rayon de 200km. Il ne faut surtout pas se priver d’aller là-bas… » indique le duo d’entrepreneurs.

 

 

 

Producteurs locaux et stratégie nationale. Reconnu à l’échelle régionale notamment pour ses agrumes, Ballester Sénéchal s’appuie sur une vingtaine de producteurs locaux. « Pas question d’arrêter cette collaboration, nous voulons continuer cette belle histoire avec nos partenaires régionaux » dixit Delphine Sénéchal. C’est également une stratégie nationale que Delphine et Cédric souhaitent mettre en place. « Nous continuons de travailler avec les producteurs locaux tout en allant chercher de nouveaux producteurs dans les autres régions. Notre métier est aussi de trouver le bon producteur de fraise dans le sud-ouest par exemple » indique le nouveau chef d’entreprise.