Revitalisation économique

Philippe Vasseur occupe le terrain et fait du diagnostic

Philippe Vasseur a été nommé commissaire spécial à la revitalisation et à la réindustrialisation des Hauts-de-France. Dans le cadre de ses fonctions, il veut être au plus près du territoire et rencontrer les représentants du monde économique et politique.

ACT'Presse
Philippe Vasseur est venu rencontrer les élus des arrondissements de Lens et Béthune pour leur présenter sa mission et chercher avec eux des pistes de développement.
ACT'Presse
Philippe Vasseur est venu rencontrer les élus des arrondissements de Lens et Béthune pour leur présenter sa mission et chercher avec eux des pistes de développement.

«Ma mission est d’être un outil de convergence à la fois des services de l’État et de la Région pour la revitalisation du territoire. Pour faire simple, elle consiste à accélérer, faciliter et coordonner tout ce qui peut l’être pour contribuer à la revitalisation et à la réindustrialisation du territoire», présente Philippe Vasseur, rappelant qu’elle lui a été confiée conjointement par Emmanuel Macron, alors encore ministre de l’Économie, et Xavier Bertand, président de Région, suite à son élection à la tête des Hauts-de-France en janvier 2016.
Sept territoires ont été désignés comme étant prioritaires. Deux se situent en Picardie : l’Amiénois et, dans l’Aisne, le secteur Chauny, Tergnier, La Fère. Cinq sont en Nord − Pas-de-Calais : le Dunkerquois, l’Avesnois, le Valenciennois, la zone de Roubaix-Tourcoing et l’ex-bassin minier (les arrondissements de Lens et Béthune).
«J’ai souhaité me rendre sur le terrain pour expliquer ma mission à la fois au monde économique et au monde politique, mais aussi pour détecter les problèmes que peut rencontrer le territoire», poursuit-il. Philippe Vasseur souhaite avoir toutes les cartes en main et analyser les opportunités, les potentialités, les projets qu’il est possible de concrétiser, mais précise : «Même s’il y a un certain nombre de moyens que l’on peut mettre en œuvre, il ne faut pas raconter que du jour au lendemain, en claquant des doigts, on peut résoudre tous les problèmes.»

Des domaines porteurs. Il y a bien sûr la logistique qui reste un des domaines clés sur lequel la région est bien positionnée avec un fort potentiel de développement. «J’ai également vu qu’il y a des projets que l’on peut contribuer à développer. On va travailler avec Artois Comm. qui s’est porté volontaire et travailler sur un projet de territoire intelligent, à énergie positive.»
Il y a de nombreux projets réalisables sur lesquels le commissaire spécial et le pilote de la troisième révolution industrielle se dit prêt à débloquer des moyens.
Autres pistes, le développement de la recherche sur les batteries des véhicules électriques : le territoire dispose pour cela du Critt M2a, un centre technique spécialisé. Dans le domaine des matériaux bio-sourcés ou de la silver économie, Philippe Vasseur voit des filières porteuses pour le futur.
«Ce qui est important pour nous, c’est de passer d’une phase de recherche à une phase de production. Pour cela nous avons besoin de trouver des porteurs de projet à accompagner.» Il existe de nombreux outils qui peuvent être mobilisables : ainsi le financement, mais sur des critères bien définis. «Nous ne sommes donc pas face à un problème de moyens, mais plutôt de projets», insiste-t-il.

ACT'Presse
L'ancien ministre de l’Agriculture, de la Pêche et de l’Alimentation connaît bien le territoire régional : il a également été maire de Saint-Pol-sur-Ternoise, député et conseiller régional.

Un homme de terrain. Philippe Vasseur connaît bien le territoire. Originaire du Touquet, après avoir suivi des études à l’ESP de Lille, il a exercé pendant 20 ans le métier de journaliste. Spécialiste de l’économie, il s’est ensuite tourné vers une carrière politique et a occupé les fonctions de maire de Saint-Pol-sur-Ternoise, de conseiller régional du Nord − Pas-de-Calais, de député du Pas-de-Calais et de ministre de l’Agriculture, de la Pêche et de l’Alimentation de 1995  à 1997, sous le gouvernement Juppé.
Philippe Vasseur a également occupé les fonctions de président du directoire du Crédit mutuel Nord Europe, de président de la chambre consulaire de Lille et de la Chambre régionale de commerce. Fonctions qu’il a quittées pour se consacrer à ses nouvelles fonctions.
«J’ai été agréablement surpris par mes premières visites de terrain, je sens que l’ensemble des acteurs sont impliqués et ont envie d’avancer. J’ai connu le territoire à une période où on attendait que les solutions tombent», conclut-il.
Philippe Vasseur l’a d’ores et déjà promis à Michel Dagbert : il reviendra sur le territoire du pôle métropolitain pour continuer à travailler. Sa mission se déroule sur 18 mois, il lui reste encore un peu plus d’une année pour la mener à bien.