Cybersécurité

Contre les pirates, Orange prépare sa riposte en région

Orange a inauguré, fin janvier, son tout nouveau « pôle de réponse à incident », situé à Lesquin. Un équipement stratégique dans la lutte contre le piratage informatique.

D.R.
Stéphane Richard et Xavier Bertrand ont inauguré ensemble le site.

 

D.R.
Le pôle d'Orange Cyberdefense, sur l'Artéparc à Lesquin.
D.R.
Stéphane Richard et Xavier Bertrand ont inauguré ensemble le site.

 

Chose promise, chose due. Présent au salon FIC 2016, Stéphane Richard avait créé la surprise en annonçant sa volonté de créer un pôle Orange Cyberdéfense dans la région. À peine un an après, le PDG d’Orange a pu profiter de sa visite sur l’édition 2017 du salon lillois pour inaugurer officiellement les locaux de ce « pôle régional d’expertise et de réponse à incident », tout juste opérationnel. Un montage et une mise en œuvre du projet express, à la hauteur des enjeux et des ambitions de l’opérateur. Née en janvier 2016 du rapprochement entre Orange Business Services et des sociétés Atheos et Lexsi, Orange Cyberdefense est la filiale d’Orange dédiée à la lutte contre le piratage informatique. Une problématique grandissante qui concerne toutes les entreprises, encore trop mal protégées, prévient Michel Van Den Berghe, le président d’Orange Cyberdefense. « Aujourd’hui, tous les grands groupes sont conscients du risque et se protègent. Mais chez les TPE-PME, neuf entreprises sur dix n’ont aucune protection, même la plus basique, contre un risque d’intrusion sur leurs serveurs. Les dirigeants ont l’impression que la foudre tombe toujours chez le voisin. Mais les attaques de grande ampleur sont de plus en plus nombreuses. Cet été, on a, par exemple, connu une vague d’attaques sur de toutes petites entreprises, de trois ou quatre postes, mais qui ont été complètement paralysées. En 2016, on a identifié 430 millions de nouveaux malwares. Le risque est immense et c’est à notre pôle de proposer aux entrepreneurs la protection la plus complète et la plus simple à mettre en œuvre possible. » Orange Cyberdéfense prépare notamment le lancement d’une box dédiée aux entreprises, pour les encourager à se doter du minimum de protection, sans trop de contraintes.

Et pour se rapprocher des entreprises, Orange compte sur son tout nouveau centre, installé au sein de la zone Artéparc à Lesquin. Un bâtiment de 1 500 m², où une cinquantaine d’ingénieurs, en lien avec les centres de Paris et de Rennes, pourront surveiller les réseaux et intervenir au besoin. À terme, le centre pourrait accueillir 200 salariés. « Le choix de cet emplacement est stratégique et c’est une première étape, a exposé Stéphane Richard lors de l’inauguration. L’immobilier ici est évolutif et nous n’excluons pas de nous agrandir encore à terme. Surtout, la localisation de ce pôle est fondamentale : pour notre réponse à incident, nous devons régulièrement nous rendre chez nos clients, la proximité est donc importante et le tissu d’entreprises dans la région est très dense. Enfin, nous devons attirer les étudiants et donc aller chercher les talents là où ils sont. » Le pôle de Lesquin accueillera en effet la Orange Cyberdefense Academy, un programme de formation destiné aux étudiants, proposé en partenariat avec des écoles et universités régionales, dont IMT Lille Douai.

 

ENACDRE

Bientôt un fonds régional pour la cyberprotection des entreprises

Xavier Bertrand a profité de sa présence sur le site d’Orange Cyberdéfense à Lesquin et sur le FIC 2017 pour annoncer la création prochaine d’un fonds régional pour la cybersécurité. Un plan en deux volets, dont l’enveloppe globale n’a pas été communiquée. « Il s’agira d’une part d’une participation de la Région aux frais d’audit des entreprises, pour inciter même les plus petites à faire évaluer leur vulnérabilité et à agir en conséquence. Par ailleurs, nous voulons inciter toujours plus d’entreprises du secteur de la cyberdéfense à s’installer dans la région, pour profiter d’un écosystème favorable« , résume le président de Région, qui entend encourager la création d’une filière dans la région. Ce fonds pourrait être mis en place « dès la fin du premier trimestre 2017« , assure M. Bertrand.