Crepi

Un accompagnement sur-mesure pour l’emploi

Fin mars, le Club régional d’entreprises partenaires de l’insertion (Crepi) a organisé, au Conseil Régional, ateliers et rencontres pour les demandeurs d’emploi, dans le cadre d’une journée d’action nationale.

D.R.
Les participants à la joun
D.R.
Les ateliers ont rythmé la journée, comme ici, les photos pour le CV prises par une photographe professionnelle.
Emanations d’Eiffage, les Crepi, ou Clubs régionaux d’entreprises partenaires de l’insertion, œuvrent dans toute la France pour rapprocher les demandeurs d’emploi du monde du travail.  Dans le Nord-Pas-de-Calais, 150 personnes bénéficient chaque année d’un accompagnement personnalisé par le Crepi régional, qui les aide à trouver leur voix en leur faisant découvrir des métiers, et les prépare aux entretiens d’embauche, avant de les mettre en contact avec des entreprises en phase de recrutement. Un travail d’accompagnement au long-cours, qui se double d’actions plus ponctuelles, comme la journée nationale «Odyssée des Crepi vers l’emploi », qui s’est déroulée le 30 mars au Conseil Régional. Un cade prestigieux, qui a accueilli une petite trentaine de demandeur d‘emploi, aux profils sélectionnés avec soin, pour des ateliers, puis des rencontres avec une vingtaines d’entreprises régionales, qui recrutent. « L’odyssée pour l’emploi est une action nationale, qui prend la forme d’un café-contact, où les demandeurs d’emploi rencontrent en direct l’entreprise. Les entreprises nous transmettent des offres en amont, et en fonction de leur critères, nous sélectionnons des profils qui correspondent, parmi nos bénéficiaires, ou auprès de nos partenaires, Pole Emploi, les Ecoles de la deuxième chance, la Sauvegarde du Nord ou Proch’Emploi. Nous les préparons ensuite à cette journée, » explique Gloria Vandenberghe, chargée de mission au sein du Crepi. 
 
Miser sur l’humain. Partenaire de 65 entreprises dans la région, le Crepi entend replacer l’humain au cœur du recrutement, en dépassant l’anonymat des plateformes pour l’emploi et des CV, forcément désavantageux pour des profils peu qualifiés sur le papier, mais qui auraient pourtant toutes les qualités requises pour le poste à pourvoir. « Avec seulement 150 bénéficiaires par an, au Crepi, nous faisons vraiment dans la dentelle, en proposant un accompagnement très qualitatif, à des personnes que nous finissons par bien connaître, assure Nathalie Tahri, responsable du Crepi NPDC. Nous proposons aux entreprises de recruter autrement, pas seulement un CV, mais une personne. Ils nous font confiance pour leur trouver des profils qui correspondent à ce qu’ils recherchent, notamment sur l’aspect humain. Et de leur côté, ils s’engagent à faire preuve de bienveillance et d’ouverture. En général, ça se passe très bien, et nous leur trouvons le profil qui leur correspond. »
 
Passerelle. Ouvert sur tous les secteurs et tous les métiers, le Crepi est toujours en recherche de nouveaux partenaires, prêts à l’accompagner dans sa démarche, souligne Christian Lamare, le président du Crepi NPDC.  « A la base, le Crepi était avant tout tourné vers le BTP, mais peu à peu, il s’est diversifié. Aujourd’hui, nous sommes dans une démarche de décloisonnement, pour faire découvrir des métiers différents aux demandeurs d’emploi. Nous sommes une passerelle entre les demandeurs d’emploi et le monde du travail, en essayant d’être à la jonction entre les différents services de l’emploi, publics et associatif, et les entreprises.»