De l’autre côté de la frontière

DKV doit relever le tarif de ses assurances hospitalisation. Selon nos confrères de L’Echo et De Tijd, la Banque nationale de Belgique (BNB) aurait imposé au groupe DKV, spécialiste belge en assurance-maladie, d’augmenter ses tarifs d’assurances hospitalisation. En effet, la BNB peut contraindre à une hausse de tarifs en cas de pertes ou de risque de […]

733

DKV doit relever le tarif de ses assurances hospitalisation. Selon nos confrères de L’Echo et De Tijd, la Banque nationale de Belgique (BNB) aurait imposé au groupe DKV, spécialiste belge en assurance-maladie, d’augmenter ses tarifs d’assurances hospitalisation. En effet, la BNB peut contraindre à une hausse de tarifs en cas de pertes ou de risque de pertes comme c’est le cas pour DKV Belgique, qui fait actuellement face à un trou de 15 millions d’euros. Ainsi, dès le 1er septembre, DKV devra augmenter de 9% les tarifs des produits commercialisés avant l’an 2000 (les primes pour les contrats IS, IS+ et IS+ maladies graves). Quant aux produits commercialisés entre 2000 et 2015, ils subiront une hausse de 5,5% (notamment les contrats IS2000).

En 2016, les paradis fiscaux ont accueilli 221 milliards d’euros. Sur la base des statistiques transmises par le SPF Finances relatives aux déclarations de paiement vers les paradis fiscaux, nos confrères du Soir ont découvert qu’en 2016, 853 entreprises belges avaient envoyé plus de 221 milliards d’euros vers ces destinations, soit une moyenne de 260 millions d’euros par société. Les destinations préférées des entreprises belges sont notamment l’île de Jersey ou les Bermudes. En revanche, ni Singapour, ni Panama, ni Hong Kong et ni le Luxembourg (retiré en 2016) ne figurent sur la liste noire des paradis fiscaux belges. Rappelons que la liste des Etats considérés comme ayant une «fiscalité inexistante ou peu élevée» par la Belgique se compose de 31 Etats, dont Monaco, les îles Vierges britanniques ou les îles Caïmans.

La vente des véhicules essence dépasse celle des diesels. D’après la Febiac (Fédération de l’industrie de l’automobile et du cycle), qui représente les constructeurs et importateurs des moyens de transport sur route (voitures, véhicules utilitaires, deux-roues motorisés, vélos) en Belgique, 156 413 véhicules neufs équipés d’un moteur à essence auraient été vendus au premier semestre 2017, contre 150 021 véhicules neufs diesel sur la même période, une première depuis 20 ans. La Febiac souligne que «la tendance à la dédieselisation du marché s’est accentuée», le tournant ayant eu lieu en 2011, à l’occasion de l’abrogation de la prime fédérale allouée aux voitures rejetant peu de dioxyde de carbone, une mesure qui profitait principalement aux véhicules diesel. De fait, la part de marché des motorisations essence a atteint 48,5% contre 46,5% pour les moteurs diesel.

En manque de main-d’œuvre, le port d’Anvers va former des dockers. Le second port d’Europe manque de bras. En effet, selon l’organisation patronale Alfaport/VOKA, près d’un millier de postes ne sont pas comblés. De ce fait, l’association des employeurs du port d’Anvers CEPA a décidé de former 450 dockers afin de pallier ce manque de main-d’œuvre. «Si cela ne tenait qu’à  nous, nous passerions dès l’an prochain à 500, voire 600 nouveaux travailleurs dans le port», a déclaré Guy Vankrunkelsven, directeur de la CEPA. Les bons résultats économiques de l’année dernière du port d’Anvers, avec 214,4 millions de tonnes de marchandises traitées (+2,9%), expliquent la hausse de la demande en main-d’œuvre. De plus, il semble encore «très compliqué de trouver les bons profils à tous les échelons possibles», a indiqué Walter Van Mechelen, le président de l’organisation patronale Alfaport/VOKA.

Bruxelles : le chômage des jeunes toujours en baisse. Actiris, l’organisme en charge de la politique de l’emploi pour la région de Bruxelles-Capitale, a dévoilé dans un communiqué de presse qu’à la fin du mois de juillet, la capitale belge comptait 92 996 demandeurs d’emploi, soit un taux de chômage de 16,7% (16,2% pour les hommes et 17,3% pour les femmes). Concernant le chômage des jeunes, juillet 2017 est le 50e mois consécutif de baisse avec un taux de chômage à 20,7%, pour 8 184 jeunes demandeurs d’emploi (-8,6% de moins qu’à la même période en 2016).

En 2016, la vente d’armes a rapporté 453,2 millions d’euros à la Wallonie. Selon nos confrères de L’Echo qui ont consulté le rapport 2016 portant sur les exportations d’armement, la Wallonie a vendu pour 453,2 millions d’euros d’armes à l’étranger. Dans le détail, les Etats-Unis arrivent en tête des clients de la région francophone avec 100 millions d’euros de contrats. Suivent la France (51 millions d’euros), les Emirats arabes unis (48,6 millions), l’Arabie Saoudite (33,5 millions d’euros), la Grande-Bretagne (22,8 millions) et la Turquie (21 millions). Notons que par rapport à 2015, le nombre total de licences accordées est en hausse de 5% (1 438 licences).